• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Hérault : 2000 manifestants à Montpellier pour la grève intersyndicale

Environ deux mille personnes sont descendues dans la rue le 9 octobre 2018 pour exprimer leur colère face à la politique sociale du gouvernement Macron. / © France 3 LR
Environ deux mille personnes sont descendues dans la rue le 9 octobre 2018 pour exprimer leur colère face à la politique sociale du gouvernement Macron. / © France 3 LR

Près de 2000 manifestants ont répondu à l'appel de la CGT, la FSU et FO qui appelaient à protester contre la politique sociale du gouvernement. D'autres actions sont prévues dans les principales villes de la région.

Par Josette Sanna

C'est la première journée nationale d'action depuis le conflit de la SNCF cet été. Elle touche toutes les administrations, les services publics et les transports.

A Montpellier la manifestation a rassemblé près d'un millier de personnes qui ont répondu à l'appel lancé par les syndicats CGT, FO, Solidaires et de la FSU pour dire "Non" à la politique du gouvernement en matière sociale.
 

Les retraités dans la rue 


Les retraités étaient aussi appelés à manifester contre la diminution du pouvoir d'achat consécutif à l'augmentation de la CSG, et pour dénoncer le décalage entre l'évolution de leurs pensions et l'inflation.
 
La politique sociale du gouvernement Macron épinglée lors de la manifestation le 9 octobre 2018 à Montpellier. / © France 3 LR
La politique sociale du gouvernement Macron épinglée lors de la manifestation le 9 octobre 2018 à Montpellier. / © France 3 LR


Le cortège s'est élancé du Peyrou à 10h, il a rejoint les retraités qui s'étaient rassemblés un peu plus tôt sur la place de la Comédie à Montpellier.
Environ un millier de personnes sont descendues dans la rue le 9 octobre 2018 pour exprimer leur colère face à la politique sociale du gouvernement Macron. / © France 3 LR
Environ un millier de personnes sont descendues dans la rue le 9 octobre 2018 pour exprimer leur colère face à la politique sociale du gouvernement Macron. / © France 3 LR

D'autres rassemblements et manifestions sont prévus toute la journée à Alès, Nîmes et Uzès.

Les syndicats CGT et Force Ouvrière sont à l'origine de cet appel interprofessionnel lancé fin août.
Une de nos équipes a voulu connaître leurs motivations.
Ils sont allés à la rencontre de Franck Nadalin  délégué syndical FO à Pôle emploi et d'Alexis Pallot secrétaire CGT des cheminots de Montpellier
 Le premier, Franck Nadalin employé à la DSI, la direction des services informatiques 37 ans d'ancienneté, fait aujourd'hui un constat amer sur l'évolution de son métier. La pression permanente de l'état et la réduction des moyens humains conduisent à une détérioration des conditions de travail. 

"Nos missions sont de plus en plus confiées à des sociétés de service. Nos anciens partent à la retraite et ne sont pas remplacés",

se désole le syndicaliste


Contre la "casse sociale"



Confronté à une énième réforme de son entreprise et au lendemain d'un très long conflit, Alexis Pallot, cadre depuis 12 ans à SNCF réseau, fait lui aussi le même constat. 
 "Des milliers d'emplois ont été supprimés ces dernières années et annoncés dans les années à venir. On va privatiser aussi l'entretien des infrastructures à SNCF Réseaux...
 

"L'avenir des cheminots est compromis. Dans la gare, demain, on aura de moins en moins de d'humains".


Tous deux ont manifesté ce matin contre la politique sociale du gouvernement.
Une politique qui vise selon eux à détruire le modèle social et va conduire à la casse des droits collectifs. Pour les manifestants à court terme c'est la disparition des services publics qui est programmée.
 
Les syndicats FO et CGT à l'origine de l'appel à la grève
Les représentants des syndicats FO et CGT dénoncent la dégradation des leurs conditiosn de travail à Pôle enploi et à la SNCF - F3LR - L. Calmels, B. Bock, L. Chraïbi

A lire aussi

Sur le même sujet

le MHB enfin victorieux en ligue des champions

Les + Lus