Insécurité à Montpellier : le maire Michaël Delafosse et 8 parlementaires obtiennent 30 CRS du jeudi au dimanche

L'action des élus de la métropole de Montpellier et de l'Hérault débute le 21 août avec un courrier à Gérald Darmanin. Tous constatent une hausse de l'insécurité. Michaël Delafosse et 8 parlementaires semblent avoir obtenu provisoirement 30 CRS du jeudi au dimanche pour sécuriser la métropole.

Montpellier - les affiches de campagne du candidat devenu maire PS, Michaël Delafosse - juin 2020.
Montpellier - les affiches de campagne du candidat devenu maire PS, Michaël Delafosse - juin 2020. © F3 LR F.Dubault
La semaine dernière, Gérald Darmanin recevait le maire LR de Nîmes, Jean-Paul Fournier, et 2 députés du Gard pour trouver des solutions au problème grandissant de l'insécurité dans la métropole de Nimes.

Ce lundi, c'est au tour de 9 élus de l'Hérault d'être reçus Place Beauvau, par le ministre de l'Intérieur, pour la même raison. Le maire PS de Montpellier et président de la métropole, Michaël Delafosse, sera accompagné de 8 parlementaires qui soutiennent la démarche.
Ils réclament plus de moyens de police nationale sur le territoire de Montpellier 3M, soit 31 communes. 

Des CRS supplémentaires...

Au sortir de la réunion, les élus semblent avoir obtenu des policiers supplémentaires. Une demie compagnie de CRS à demeure, soit une trentaine d'hommes, du jeudi au dimanche, pour sécuriser Montpellier et la métropole. Cette mesure temporaire doit pallier le manque de moyens, chiffré à environ 80 policiers.

Pierre de Bousquet, ancien préfet de l'Hérault et actuel directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur était présent à cette rencontre qui a duré 1h30.

Les élus ont également milité pour que la métropole devienne un territoire expérimental, où certains policiers municipaux pourraient avoir un statut d'officier de police judiciaire. Une mesure que Gérald Darmanin a entendu mais la mesure est sensible car plus politique.
durée de la vidéo: 01 min 22
Interview : Michaël Delafosse ©F3

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, s'est engagé à répondre rapidement aux attentes exprimées et à :

Enfin, le ministre viendra à Montpellier dans les semaines à venir pour faire des annonces, notamment sur de nouveaux moyens structurants.

Paris - Michaël DELAFOSSE, maire de Montpellier, Jean-François ELIAOU, Député de l'Hérault, Jean-Pierre GRAND, Sénateur de l'Hérault, Coralie DUBOST, Députée de l'Hérault, Muriel RESSIGUIER, Députée de l'Hérault, Nicolas DEMOULIN, Député de l'Hérault, Patricia MIRALLES, Députée de l'Hérault et Patrick VIGNAL, Député de l'Hérault ont  été reçus par le Ministre de l'Intérieur.- 28 septembre 2020.
Paris - Michaël DELAFOSSE, maire de Montpellier, Jean-François ELIAOU, Député de l'Hérault, Jean-Pierre GRAND, Sénateur de l'Hérault, Coralie DUBOST, Députée de l'Hérault, Muriel RESSIGUIER, Députée de l'Hérault, Nicolas DEMOULIN, Député de l'Hérault, Patricia MIRALLES, Députée de l'Hérault et Patrick VIGNAL, Député de l'Hérault ont été reçus par le Ministre de l'Intérieur.- 28 septembre 2020. © Ville de Montpellier

Plus de population... donc plus de policiers ?

Leur calcul est simple. La population de Montpellier et de l'Hérault plus généralement augmente de 10.000 à 12.000 personnes chaque année. Or, les effectifs de la Police Nationale sont inchangés depuis 2014. Ils sont donc "nettement insuffisants au regard de l’accroissement de la population sans précédent et sans équivalent de Montpellier".

Les effectifs, inchangés depuis 2014 sont nettement insuffisants au regard de l’accroissement de la population sans précédent et sans équivalent de Montpellier, qui connaît la plus forte hausse démographique des 22 métropoles hexagonales d’après les derniers recensements de l’INSEE.

Extrait du courrier envoyé à Gérald Darmanin.

C'était l'argument majeur du courrier envoyé au ministre le 21 août dernier, et qui est à l'origine de cette rencontre.

Une dégradation sécuritaire

Michaël Delafosse met en avant "la refondation en profondeur de la police municipale de Montpellier", depuis son arrivée à la tête de la mairie et de la métropole, "pour la rendre plus compatible avec l’ensemble des forces de sécurité intérieures dans le cadre d’un partenariat constant et d’une coopération proactive et réactive".
Une police de proximité plus nombreuse et plus efficace, et surtout plus de sécurité, c'étaient aussi des promesses de campagne du candidat socialiste Delafosse à la mairie de Montpellier.

Car c'est le centre-ville de Montpellier qui semble le plus touché par la hausse de la délinquance. Le maire explique que "la Ville de Montpellier et sa métropole sont exposées à une très forte hausse des actes délictuels et criminels". Idem pour les trafics de stupéfiants...
Il parle même de "groupes mafieux qui ont investi certains secteurs de la ville entrainant des règlements de compte toujours plus violents".

Hausse de la délinquance entre 2018 et 2019 :

Les 9 signataires

Michaël DELAFOSSE : Maire de Montpellier et Président de la métropole
Marie-Thérèse BRUGUIERE : Sénatrice de l’Hérault
Agnès CONSTANT : Sénatrice de l’Hérault
Henri CABANEL :  Sénateur de l’Hérault
Jean-Pierre GRAND : Sénateur de l’Hérault
Coralie DUBOST : Députée de l’Hérault
Muriel RESSIGUIER : Députée de l’Hérault
Nicolas DEMOULIN : Député de l’Hérault
Patrick VIGNAL : Député de l’Hérault
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité politique violence faits divers gérald darmanin drogue élections municipales 2020 élections