Montpellier : 450 Gilets Jaunes réunis pour la quatrième "Assemblée des Assemblées"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Camille Nowak .

Les Gilets Jaunes ont investi ce vendredi 1er novembre, la friche de l'ancien musée d'Agropolis, à Montpellier pour leur 4e Assemblée des Assemblées qui se tient jusqu'à dimanche. L'objectif est de structurer le mouvement et faire émerger des positions communes. 

450 personnes venues de toute la France étaient réunis ce vendredi 1er novembre, pour la quatrième Assemblée des Gilets Jaunes. Ils se sont donnés rendez-vous dans l'ancien musée Agropolis, squatté pour l'occasion, aux alentours de 13h. Jusqu'à dimanche, ils vont échanger sur différentes thématiques dans le but de structurer leur mouvement souvent qualifié de disparate. 
 


Des Gilets Jaunes organisés


Sur place, l'organisation était digne d'un "meeting". Controle de sécurité, badges et bracelets délivrés... seuls les participants munis de leur "ticket d'entrée", ont pu accéder à la réunion. L'évènement a démarré par un repas confectionné à partir de produits offerts par des producteurs locaux.

Puis, rapidement les Gilets Jaunes se sont dispersés en "petits groupes", pour travailler sur différentes thématiques afin de trouver un programme commun au mouvement et surtout de déconstruire les idées reçues, selon eux : 
 

90% des Gilets Jaunes ne sont pas des casseurs ni des personnes violentes, plus de la moitié sont des travailleurs, des gens normaux, confie l'une d'entre eux.


Au total 7 thématiques étaient discutées : 
 
  • Rôle et structuration de l'Assemblée des Assemblées 
  • Comment retrouver un lien avec la population ? 
  • Comment travailler concrètement avec les autres mouvements ? 
  • Identifier nos adversaires et nos alliés
  • Comment s'organiser face à la répression ? 
  • Comment agir dans le contexte des élections municipales ? 
  • Anniversaire du 17 novembre

 
Pendant plusieurs heures, les groupes ont pu débattre sur chacune des thématiques. "On espère qu'il y aura des outils concrets qui vont ressortir, dont les groupes locaux pourront s'emparer", explique Christophe Chapuis, co-organisateur de l'Assemblée.

Les réponses apportées seront résumées puis soumises aux gilets jaunes des ronds-points sur le terrain. Le co-organisateur de l'evenement le sait, structurer le mouvement prendra du temps. Ces gilets jaunes ont jusqu'à ce dimanche pour faire emerger des positions communes. 


 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité