Montpellier : condamnés à 1 et 2 ans de prison pour violence aggravée contre le comité de quartier de la Paillade

De la prison ferme et l'interdiction de retourner dans leur quartier pendant 5 ans. Deux jeunes de la Paillade à Montpellier ont été condamnés à une peine qui se veut exemplaire pour avoir menacé les bénévoles du comité de quartier début mars.

Une peine qui se veut "exemplaire" pour les deux jeunes qui clament toujours leur innocence.
Une peine qui se veut "exemplaire" pour les deux jeunes qui clament toujours leur innocence. © F3LR

L'un a 24 ans, l'autre en a 20. Devant le tribunal à Montpellier, les deux jeunes de la Paillade interpelés après l'agression contre le comité de quartier le 2 mars dernier n'ont pas réussi à convaincre les juges de leur innocence. Le plus âgé a écopé de 2 ans de prison, et le plus jeune de 1 an. Plus 5 ans d'éloignement de leur quartier pour tous les deux.

Aucune preuve selon la défense

Depuis le début, les deux jeunes clament leur innocence. Et leurs avocats ont plaidé une erreur d'idendification et un manque de preuve, sans réussir à convaincre le jury.

"On ne sait pas ce qu'ils ont fait, où ils allés, quel est leur rôle" argumente leur avocat, Cyril Malgras. "Mais parce que la fin justifie les moyens, il faut que ce soit une condamnation dite exemplaire".

En matière judiciaire, on a besoin de savoir à qui les faits qui sont qualifiés juridiquement sont imputables. Nous, on considère que ceux qui ont été arrêtés ne sont pas les bons.

Cyril Malgras avocat de la défense

Le rappel des faits

L'affaire remonte au 2 mars dernier. Au rez-de-chaussée d'un immeuble de la Paillade, aux Hauts-de-Massane plus précisément, des individus encagoulés, particulièrement menaçants, prennent à partie six bénévoles du comité de quartier. Postés derrière la vitre, les agresseurs exortent les bénévoles à sortir sur le champ sous peine de mettre le feu au local.  

Rapidement arrivés sur les lieux, les policiers interpellent deux des suspects en fuite.

Séquestration, violence aggravée et outrage à agents

La justice retient donc toutes les charges contre les deux jeunes : séquestration, violence aggravée et outrage à agents. Et à leur condamnation s'ajoute un éloignement obligatoire de leur quartier. L'un a sa mère domiciliée dans la résidence en question, l'autre y a sa grand-mère. 

Rebaptisé officiellement quartier Mosson, ce quartier populaire au nord de Montpellier reste pour tous les habitants la Paillade.
Rebaptisé officiellement quartier Mosson, ce quartier populaire au nord de Montpellier reste pour tous les habitants la Paillade. © F3LR

Ils ont une interdiction tous les deux de fréquenter le quartier de la Paillade pendant 5 ans. C'est un signal fort de la justice de dire que ces comportements-là peuvent entraîner l'exclusion totale d'un quartier de Montpellier.

 Aude Widuch, avocate partie civie

Le plus agé des condamnés a déjà été devant la justice plusieurs fois et a écopé récemment d'une peine d'un an avec sursis pour vol à main armée qui devrait s'ajouter aux deux ans de prison. Le plus jeune avait un casier judiciaire vierge. Les deux jeunes gens, qui continuent de clamer leur innocence, ont dix jours pour faire appel.

Le reportage au palais de justice de Montpellier de Caroline Agullo et Juliette Mörch pour France 3 Languedoc-Roussillon.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers violence jeunesse famille