Montpellier : les chauffeurs de taxis mobilisés contre l’interdiction d’emprunter les voies réservées aux bus et vélos

Près de 150 taxis se sont rassemblés ce vendredi matin sur le Parking Occitanie à Montpellier. Séparés en deux cortèges, ils ont effectué une opération escargot dans Montpellier pour manifester contre l'interdiction d'emprunter les voies mixtes, les voies de bus et les pistes cyclables.

Près de 150 chauffeurs de taxis se sont mobilisés ce matin pour une opération escargot - 2 avril 2021
Près de 150 chauffeurs de taxis se sont mobilisés ce matin pour une opération escargot - 2 avril 2021 © FTV - Camille Nowak

Les chauffeurs de taxis se sont rassemblés ce vendredi matin à 8h dans le secteur des hôpitaux-facultés, à l’intersection de la Voie Domitienne et de l’avenue Charles Flahaut, sur le parking Occitanie pour organiser une opération escargot dans la ville de Montpellier.

Passe-droit pour les voies mixtes et non pour les pistes cyclables

Ils se mobilisent contre l’interdiction, prise hier par la métropole, d’emprunter les voies mixtes, les voies de bus et les pistes cyclables. Ils ne comprennent pas pourquoi les bus peuvent circuler sur ces pistes et pas les taxis : "La voie mixte est plus grande, il y a les bus, les vélos et les taxis qui ont toujours pu circuler sur ces pistes, il n’y a jamais eu de problème. Nous, si on demande ça aujourd’hui c’est pour mieux servir nos clients, les hôpitaux et pour mieux servir les transports d’enfants. Depuis un an, avec les nouvelles pistes cyclables, la circulation à Montpellier est horrible. Nous ce que l’on demande c’est de passer sur les voies mixtes, et non sur les pistes cyclables qui sont beaucoup trop étroites et ça serait dangereux de circuler sur ces pistes, nous en sommes conscients. ", nous confie Hakim Oualid, chauffeur de taxi à Montpellier.

Ils se mobilisent aussi pour leurs clients, car cette interdiction va doubler voire tripler le temps de trajet et donc le prix de la course, en fonction des embouteillages : "L’intérêt pour nous d’emprunter les couloirs bus, c’est de fluidifier le trafic, c’est de gagner du temps, de l'argent aussi pour nos clients, et puis il y a aussi la pollution qui rentre en jeu", nous indique un autre chauffeur de taxi de Montpellier.

A Montpellier, les chauffeurs de taxi se mobilisent pour de conserver leur droit de passer sur les voies mixtes - 2 avril 2021
A Montpellier, les chauffeurs de taxi se mobilisent pour de conserver leur droit de passer sur les voies mixtes - 2 avril 2021 © FTV - Camille Nowak

Deux cortèges 

Ils étaient 150 au volant de leur taxi à se rassembler sur le parking Occitanie avant de se séparer en deux cortèges. L’un est parti vers l’ouest en direction du Gand M, en empruntant la Voie Domitienne, l’avenue du Professeur Louis Ravas, les Tonnelles, Ovalie, le second est parti vers l'Est, par l'avenue de la justice de Castelnau-le-Lez, Odysseum, puis Port Marianne avant de se retrouver sur le parvis de l'hôtel de ville à Montpellier et éspèrent être reçus par Julie Frêche, la vice-présidente, chargée des transports à la métropole de Montpellier. 

Plus d'une centaine de chauffeurs de taxis se sont rassemblés devant la mairie de Montpellier pour dénoncer l'interdiction d'utiliser les voies mixtes - 2 avril 2021
Plus d'une centaine de chauffeurs de taxis se sont rassemblés devant la mairie de Montpellier pour dénoncer l'interdiction d'utiliser les voies mixtes - 2 avril 2021 © FTV - C.Nowak

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
taxi économie transports écologie environnement vélo trafic trafic routier sécurité société sécurité routière mobilité transports en commun