A Montpellier, plus de 200 personnes manifestent pour la régularisation des sans-papiers

Le cortège s'est formé devant la préfecture de l'Hérault, à Montpellier, qui n'avait pas autorisé cette manifestation en faveur de la régularisation sans-papiers. Dans plusieurs autres grandes villes de France, des militants réclamaient aussi de vrais logements pour les migrants.
 

Plus de 200 personnes ont défilé ce samedi 20 juin entre la préfecture et la place de la Comédie pour réclamer l'aide de l'état en faveur des sans-papiers et des migrants, populations durement touchées par la crise du coronavirus.
Plus de 200 personnes ont défilé ce samedi 20 juin entre la préfecture et la place de la Comédie pour réclamer l'aide de l'état en faveur des sans-papiers et des migrants, populations durement touchées par la crise du coronavirus. © C du Portal

L'appel à manifester émanait de plusieurs collectifs et de la Marche des solidarités.


Estimant que les hommes et femmes sans-papiers et migrants ont été "en première ligne pendant la crise, exploités dans les pires des conditions dans des secteurs qui ont continué à tourner (nettoyage, livraison, bâtiment, service à la personne, restauration…)", les organisateurs réclament la régularisation de toutes les personnes sans-papiers, un logement pour chacune d'entre elle et la fermeture des centres de rétention administratives.

 

Les manifestants s'étaient donnés rendez-vous devant la préfecture de Montpellier pour réclamer la régularisation de tous les sans-papiers.
Les manifestants s'étaient donnés rendez-vous devant la préfecture de Montpellier pour réclamer la régularisation de tous les sans-papiers. © M.Ragonet/CGT

 

"Aucun être humain n'est illégal"

La Cimade du Languedoc-Roussillon avait relayé cet appel et, comme les autres associations mobilisées, demande à l'état de ne plus ignorer "la contribution des sans-papiers et migrants au travail qui a permis, pendant cette période de crise sanitaire, et permet tous les jours à ce pays de fonctionner".

A Montpellier, plus de deux cents personnes (220 selon la préfecture) se sont réunies devant la préfecture de l'Hérault avant d'aller défiler dans les rues jusqu'à la place de la Comédie.

Sur certaines de leurs banderoles, on pouvait lire par exemple "aucun être humain n'est illégal". 
 

Selon Thierry Lerch, co-président de la Cimade de Montpellier, la préfecture leur a fait savoir la veille - vendredi soir- que la manifestation n'était pas autorisée. 

 

Le pouvoir a peur d'une réplique sociale !

Thierry Lerch, co pdt Cimade-Montpellier

Les organisateurs de cette manifestation ne comprennent pas ce refus des autorités locales motivé par des raisons sanitaires, d'autant que des milliers de personnes ont déjà manifesté début juin à Montpellier en faveur des soignants.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social immigration société solidarité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter