Montpellier : jusqu'à 6 ans de prison pour avoir volé 2 millions d'euros de bijoux à une retraitée

Il y a un peu plus d'un an, des bijoux d'une valeur d'environ 2 millions d'euros étaient dérobés à une octogénaire, dans une résidence pour seniors de Montpellier. 6 personnes dont deux anciennes employées de l'établissement comparaissaient ce lundi devant le tribunal correctionnel.

illustration - archvies
illustration - archvies

Les faits remontent à la nuit du 26 au 27 décembre 2019.  Cette-nuit-là, trois personnes encagoulées et habillées en noir parviennent à s'introduire dans une résidence pour seniors à Montpellier. Elles s'emparent ensuite du coffre-fort contenant les bijoux d'une octogénaire. Réveillée par le bruit provoqué par les voleurs, la vieille dame crie et les poursuit dans les couloirs de la résidence. Pour la faire taire, les individus la brutalisent et la frappent, ce qui lui vaudra une ITT de 8 jours.

Une partie des bijoux reste introuvable

Le butin est estimé à environ 2 millions d'euros. Comme le rapportent nos confrères de Midi Libre, il y aurait une quinzaine de bagues dont une surmontée d'un diamant de 14 carats, plusieurs colliers de perles estimés à 500 000 euros ainsi que des bracelets en or...

L'enquête s'oriente rapidement vers deux anciennes employées de la résidence pour personnes âgées licenciées pour vol quelques jours plus tôt. Agées de 23 et 33 ans, l'une des deux sera arrêtée avec un complice présumé dans la vallée du Rhône après avoir tenté de revendre une partie des bijoux volés. La seconde jeune femme sera ensuite interpellée, tout comme trois autres suspects.

Si une partie du butin a été récupérée lors de l'enquête, l'autre n'a jamais été retrouvée. Le procès qui s'ouvre ce lundi à Montpellier permettra peut-être de lever le voile sur ce mystère.

Le tribunal correctionnel a condamné les prévenus de 18 mois de prison à six ans. En guise de réparation matérielle, Simone touchera finalement les 151.000 euros qu'elle réclamait, à condition cependant qu'un procès en appel ne soit pas engagé par l'un des prévenus, indique France Bleu Hérault, présente à l'audience.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers