Montpellier : sa (fausse) vidéo d'agression d'une femme voilée dans la rue fait le buzz, Farid Zitoun s'explique

Une vidéo tournée à Montpellier montre une jeune femme voilée se faire agresser par un agent de sécurité. Il s'agit d'une caméra cachée "d'expérience sociale", mais des extraits, sortis de leur contexte, ont été relayés sur les réseaux sociaux. Son créateur, Farid Zitoun, explique ses intentions.

Dans cette vidéo, un comédien incarne un agent de sécurité demandant à une femme voilée, complice de la caméra cachée, de quitter les lieux. - Montpellier (Hérault) - 1er mai 2021.
Dans cette vidéo, un comédien incarne un agent de sécurité demandant à une femme voilée, complice de la caméra cachée, de quitter les lieux. - Montpellier (Hérault) - 1er mai 2021. © Capture d'écran Farid Zitoun

Farid Zitoun, acrobate urbain, cascadeur et ancien participant à "La France à un incroyable talent" a posté sur sa chaîne YouTube une vidéo dans laquelle on peut voir un agent de sécurité s'en prendre verbalement à une jeune femme voilée, prétextant que son voile est "interdit dans l'espace public".

Les deux protagonistes sont des comédiens, complices de Farid Zitoun. Ce dernier considère ses vidéos tournées en caméra cachée comme des "expériences sociales", destinées à sensibiliser le public aux discriminations. 

Mais comme souvent sur Internet, certains extraits ont été sortis de leur contexte et ont donné lieu à des commentaires haineux.

Un "bad buzz" ?

Postée le 1er mai, la vidéo intitulée "Insulter une femme voilée en public (sécurité raciste)" affiche déjà plus de 90 000 vues sur la chaîne YouTube de Farid Zitoun. À cela s'ajoutent les autres supports : 1 million de vues sur la page Facebook du vidéaste et plus de 6 millions de vues sur le compte TikTok de "cosmosoumet", un autre utilisateur qui a relayé la vidéo.

Un buzz qui devient vite incontrôlable. Sur la page Facebook du vidéaste et acrobate, les réactions sont mitigées. Des internautes ne semblent pas percevoir que la vidéo est mise en scène comme le montre cette capture d'écran.

Certains commentaires sur les réseaux sociaux dénoncent la vidéo de Farid Zitoun.
Certains commentaires sur les réseaux sociaux dénoncent la vidéo de Farid Zitoun. © Capture d'écran Facebook

Parmi eux, certains prennent le parti de la jeune femme : "C'est quoi cette comédie ? On dirait une caméra cachée, mais c'est n'importe quoi, tout ça pour attiser la haine et le racisme", "ce n'est qu'un agent de sécurité, de quoi qu’il se mêle ? Ce n'est pas son travail". 

D'autres, à l'inverse, se mettent à soutenir le pseudo-agent de sécurité, quitte à proférer des commentaires racistes : "il a parfaitement raison, qu'elle rentre chez elle", "je donne entièrement raison à l'agent de sécurité, on est en France".

Et même parmi ceux qui ont bien saisi la dimension parodique de la vidéo, la gêne est palpable : "franchement, je comprends le but de cette caméra cachée, mais elle me met plus mal à l'aise qu'autre chose", "est-ce bien raisonnable de faire ce genre de vidéo ? À part attiser la haine des deux côtés. Caméra cachée de mauvais goût...".

Sensibiliser le public aux discriminations

"C'est justement parce que le sujet est sensible que j'ai voulu l'aborder", se défend Farid Zitoun. Au mois de janvier, le jeune homme de 27 ans, originaire du Vaucluse, avait déjà réalisé une vidéo similaire avec la même jeune actrice voilée.

La jeune femme de la vidéo, Isleym, est une de mes abonnées. C'est elle qui m'a proposé cette idée, pour témoigner des discriminations qu'elle subit au quotidien en tant que femme voilée. Le but, c'est de sensibiliser au racisme et d'inciter les gens à réagir lorsqu'ils sont témoins de ce type de situations.

Farid Zitoun, créateur de la vidéo.

Selon Farid Zitoun, sa complice Isleym "vit ce genre d'agressions très régulièrement". "A Lyon, elle a déjà été frappée en pleine rue par un homme, simplement à cause de son voile, et personne ne l'a défendue !", raconte-t-il. C'est justement l'indifférence des témoins que Farid Zitoun voulait étudier dans ce qu'il appelle une "expérience sociale".

Oser parler du racisme

Lors de ce tournage, Farid Zitoun et ses complices ont été surpris du "courage" de certains passants. "Ce sont surtout les femmes qui osent intervenir, les hommes regardent, mais ne disent rien !" s'exclame Farid. Mais ils ont aussi été choqués par certaines réactions ouvertement racistes. "Isleym, elle, n'était pas surprise, parce qu'elle connaissait déjà ces comportements. Mais nous, ça nous a confortés dans l'idée qu'il fallait parler de ce problème."

Pour rappel, le port du voile est autorisé dans l'espace public. Il est seulement interdit dans les écoles, collèges et lycées publics, comme tout autre signe ostensible d'appartenance à une religion. Seul le voile intégral est interdit par la loi depuis 2011 pour éviter "la dissimulation du visage dans l'espace public".

Farid Zitoun compte bien continuer ce type de vidéos. Ses prochains projets, conçus sur le même principe : sensibiliser à l'homophobie et aux violences conjugales.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société diversité internet