A Montpellier, un scooter renverse deux motards de la police lors d'un contrôle routier

Un scooter a volontairement renversé des policiers ce samedi 1er août vers 10h30, sur l'avenue des Moulins à Montpellier. Deux d'entre eux sont grièvement blessés. Le chauffard a été interpellé et sera jugé en comparution immédiate le lundi 3 août.

Les policiers procédaient à un contrôle routier, avenue des Moulins à Montpellier.
Les policiers procédaient à un contrôle routier, avenue des Moulins à Montpellier. © Camille Nowak / France Télévisions
La scène s'est déroulée ce samedi 1er août sur l'avenue des Moulins, à Montpellier. Trois motards de la police procèdent alors à des contrôles de vitesse. Sur les coups de 10h30, un scooter déboule à vive allure : 103 km/h au lieu des 50 km/h réglementaires. Deux policiers tentent de l'intercepter. Le chauffeur du deux-roues fait mine de vouloir s'arrêter.
Mais alors qu'il ne se trouve plus qu'à 15 mètres d'eux, le chauffard accélère, fonçant délibérément sur les deux policiers. L'un d'entre eux a été blessé aux jambes et au dos, l'autre à la hanche, au fémur et au dos. Tous deux ont été directement transportés à l'hôpital Lapeyronie à Montpellier.

Quelques minutes plus tard, le troisième policier présent sur place réussit à intercepter le conducteur du scooter, sonné à cause du choc. Ce dernier a été transféré au commissariat dans la matinée. Le motard est légèrement blessé.
Le chauffard a été placé en garde-à-vue. Son identité n'est pas encore connue : on sait en revanche qu'il était en défaut de permis et d'assurance. Deux témoins ont assisté à la scène.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a réagi sur son compte Twitter, quelques heures après les faits.

Le désarroi des policiers

Le directeur de la Direction départementale de la sécurité publique de l'Hérault, Yannick Blouin, a fait part de son indignation au micro de France Bleu Hérault samedi.

L'autorité du policier est battue en brèche. (...) Et ça je ne peux pas le tolérer, c'est inadmissible.

Yannick Blouin, directeur de la DDSP Hérault.

Pour les syndicats de policiers, ce nouvel événement est aussi la preuve d'une intensification de la violence. "Nous avons l'impression que notre vie ne vaut pas grand-chose et qu'on peut nous foncer dedans comme dans un jeu de quilles", soupire Yves Fons, délégué départemental du syndicat Unité SGP Police. 

"Il y avait une réelle intention de blesser voire de tuer", renchérit Rémy Alonso, secrétaire départemental Alliance Police. "Nous espérons une réponse judiciaire exemplaire."

L'homme sera jugé en comparution immédiate le lundi 3 août à Montpellier.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter