Coronavirus à Montpellier : les médecins généralistes en première ligne

Avec cette nouvelle phase de l’épidémie, les cas potentiels de coronavirus seront renvoyés non plus vers le SAMU ou les urgences, mais vers leurs médecins traitants habituels. Comment se sont-ils préparés ? Exemple aux portes de Montpellier.

Les médecins généralistes en première ligne face aux patients atteint de coronavirus - mars 2020
Les médecins généralistes en première ligne face aux patients atteint de coronavirus - mars 2020 © MAXPPP
Depuis lundi, les consignes sont claires, si vous ressentez les symptômes du coronavirus il vous faut d’abord appeler votre médecin généraliste avant de composer le 15.
Le but est de traiter les cas bénins de coronavirus avec le médecin traitant et de désengorger les urgences. Alors pour que les patients soient reçus dans de bonnes conditions, les médecins se sont adaptés.

Plages horaires, télé consultations, lieux dédiés : les mesures des médecins généralistes 


Dans ce cabinet médical de Frontignan, les fenêtres sont grandes ouvertes et elles vont le rester. Une salle de consultation est réservée aux patients potentiellement atteint du covid-19. La vague n’a pas encore touché Frontignan, mais dès qu’un patient présente les symptômes du coronavirus il est examiné dans cette salle :

Ce matin, il est 10h15 j’ai vu 5 patients déjà, ils avaient de la toux et/ou de la fièvre donc suspect covid-19, on a un protocole pour ça donc on les prend en charge maintenant. 
Jean Baptiste Brouillet, Médecin généraliste Frontignan

 
Dans le cabinet médical de Frontignan, cette salle est réservée aux patients qui ont les symptômes du coronavirus - mars 2020
Dans le cabinet médical de Frontignan, cette salle est réservée aux patients qui ont les symptômes du coronavirus - mars 2020 © FTV


Dans d’autres cabinets, dans le petit village de Saint-Georges-d'Orques par exemple, les télé consultations sont privilégiées et des plages horaires ont été mises en place pour recevoir les éventuels patients atteints du coronavirus :

Le but est d’éviter que les patients qui ont, potentiellement, des symptômes du coronavirus ne se croisent avec les autres patients, alors si on doit les recevoir, on leur dit de venir en fin de journée, bien sûre après le passage d’un de ces patients tout est désinfecté.
- Béatrice Lognos-Folco, médecin généraliste à Saint-Georges-d'Orques 


Dans ces cabinets, tout a été pensé pour contingenter les activités, les patients et les personnels aussi. Dans la plupart des cabinets médicaux de la région, il est désormais impossible de consulter sans rendez-vous. Mais certaines personnes n'ont pas encore saisi le message : "Les gens se déplacent encore et ils n’ont pas bien compris le message du président, nous les encourageons à tout faire par téléphone." confie la secrétaire du cabinet médical. 

Une pénurie de masques

 

Plus que les incompréhensions d'une minorité de leurs patients, ce sont les moyens matériels et plus particulièrement la mise à disposition des masques qui inquiètent les médecins, et ce malgré l'engagement d'Emmanuel Macron de ce lundi soir.
 

Est-ce que les industriels vont réussir à produire suffisamment de masques pour les trois prochains mois ? C’est toute la question, c’est tout l’enjeu, pour cela nous n’avons pas encore de réponses pour l’instant, on est dans la gestion de la pénurie.
- Jean-Christophe Calmes, Vice-président syndicat MG France


Emmanuel Macron a annoncé la livraison de masques d'ici à jeudi pour les 25 départements les plus touchés. Les autres vont devoir attendre.

Le reportage de Sébastien Banus et Enrique Garibaldi 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie jeunesse famille politique