"Nous ne pouvons plus accueillir les enfants sans les mettre en danger" : les employés du foyer de l'enfance tirent la sonnette d'alarme

Personnel et nombre de places insuffisantes... Dans un courrier, la CGT alerte le président du Conseil départemental de l'Hérault sur les conditions d'accueil des enfants.

Ils ont manifesté à plusieurs reprises pour dénoncer les conditions d'accueil des enfants confiés au foyer de l'enfance et de la famille. Aujourd'hui, les personnels CGT ont écrit au président de Conseil départemental de l'Hérault, dont dépend la structure, pour dénoncer les conditions d'accueil de ces enfants placés. Ils demandent un rendez-vous d'urgence "pour alerter sur la situation de danger pour les enfants et le personnel du FDEF (Foyer départemental de l'enfance et de la famille). Notre établissement n’est plus en mesure d’accueillir un sureffectif structurel qui s’aggrave de jour en jour sur l’ensemble des accueils d’urgence, sans perspectives de sorties", écrivent-ils.

178 enfants pour 123 places

Le syndicat tire la sonnette d'alarme notamment sur l'insuffisance de places notamment chez les jeunes enfants. Il y en deux fois plus que le nombre de places prévues : 63 jeunes enfants pour une capacité de 36 places.

Concernant l’accueil des préadolescents et des adolescents, la situation est loin d'être satisfaisante : 62 jeunes sont présents pour une capacité de 44 places. Les asssitants familiaux d’urgence accueillent 44 enfants pour une capacité de 38 places.

"Les services d’accueils personnalisés avec six enfants à temps plein relevant de l’urgence et du médico-social, mettent en difficulté l’exercice des missions du SAP", poursuit le syndicat dans son courrier.

Nous ne pouvons plus accueillir sans mettre les enfants en danger.

Personnels CGT

Courrier au président du Conseil départemental de l'Hérault

 

Solutions d'urgence

"Dans ces conditions, nous ne pouvons plus garantir la prise en compte des besoins fondamentaux de l’enfant, soutenir son développement physique, affectif, intellectuel et social ; préserver sa sécurité et son éducation dans le respect de ses droits", poursuit le syndicat qui ajoute : "Monsieur le Président, vous ne respectez pas vos obligations. Nous vous demandons de trouver immédiatement des solutions pour un accueil digne des enfants qui vous sont confiés dans le cadre de la protection de l’enfance".

Il faudrait saisir le préfet pour réquisitionner des places en crèche pour désengorger les services et creer d'urgence de nouvelles places", martèle Ghislaine Rouxelin, secrétaire générale d la CGT des personnels de l'Aide à l'enfance. Elle ajoute n'avoir pas eu de retour au courrier adressé au président de Conseil départemental de l'Hérault.

L’organisation syndicale reproche au département et à la majorité de Kléber Mesquida de ne pas avoir anticipé cette situation, même si un plan d’ouverture de 724 places avait été lancé en 2023.  Parmi ces places, 450 sont réservées aux mineurs non accompagnés. 

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité