“Nous sommes presque au pic de l'épidémie de grippe”

Le professeur Jacques Reynes, chef du département maladies infectieuses au CHU de Montpellier était l'invité du 12/13.
Le professeur Jacques Reynes, chef du département maladies infectieuses au CHU de Montpellier était l'invité du 12/13.

Le professeur Jacques Reynes, chef du département maladies infectieuses au CHU de Montpellier était l'invité du 12/13. "Le pic de l'épidémie de grippe est presque atteint. Et il est assez regrettable de déprogrammer des interventions pour accueillir les personnes atteintes par la grippe." 

Par Olivier Le Creurer

Le pic de l'épidémie ?


Commencée début décembre, l'épidémie de grippe devrait atteindre son pic "la semaine prochaine", avant de refluer, selon l'agence Santé publique France. En quatre semaines, 784.000 personnes ont consulté un médecin pour une grippe, selon le réseau de surveillance Sentinelles-Inserm. "Habituellement, le pic est plutôt atteint fin janvier. Cette année, elle est liée à une souche correspondante au vaccin. Il protège donc relativement bien," assure Le profeseur Jacques Reynes, chef du département maladies infectieuses au CHU de Montpellier. 

Les urgences sollicitées


"Les urgences sont forcément sollicitées. Je trouve assez regrettable qu'on est la nécessité de déprogrammer des opérations pour accueillir des personnes âgées. Il faut savoir que les 2/3 des personnes hospitalisées ont plus de 80 ans. Elles sont donc fragiles. Il faut vraiment retravailler la gestion des épidémies."

Il faut vraiment retravailler la gestion des épidémies


L'hiver dernier, le virus de la grippe n'avait pas généré d'excès de mortalité, mais il y a deux ans, on avait constaté une surmortalité de 18.000 personnes, en partie attribuable à la grippe. Si le virus de cette année est du même type que celui d'il y a deux ans, le vaccin est cette fois mieux adapté, ce qui laisse espérer un retentissement moindre, a toutefois expliqué Daniel Levy-Bruhl, responsable de l'unité infections respiratoires et vaccination à Santé publique France.

Le vaccin protège les 2/3 des personnes


Depuis le 1er novembre, 52 personnes sont décédées de la grippe en réanimation à l'hôpital, selon Santé publique France. L'agence constate par ailleurs une "nette hausse" de la mortalité toutes causes confondues sur les deux dernières semaines de 2016, mais souligne qu'il est trop tôt pour estimer la part de cette surmortalité liée à la grippe.

Peut-on encore se faire vacciner ?


"Il faut 10 à 15 jours pour se faire protéger donc on est un peu tard pour une vaccination. mais il ya des mesures de protection à prendre. C'est une mladie hautement transmissible. il faut prendre un minimum de précaution d'hygiène. cette vaccination est non dangereuse. Une étude du CH de Montpellier avec une cinquantaine d'hôpitaux français montre que le vaccin protège les 2/3 des personnes," précise le professeur Reynes.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus