L'intersyndicale a déposé un préavis de grève illimitée à partir du 2 juillet au CHU Lapeyronie à Montpellier. Elle dénonce le projet de la direction de fermetures de lits entraînant des fermetures de postes dans le service de chirurgie pédiatrique et u nmanque de puéricultrices.

CGT, UNSA, CFDT, FO? l'intersyndicale des personnels soignants du service de chirurgie pédiatrique du CHU de Montpellier de Lapeyronnie a déposé un préavis de grève à partir du 2 juillet, jour du CSE. Ils protestent contre la volonté de la direction de supprimer des lits dans le service et par conséquent de réduire le nombre de soignants.

Suppressions de postes déguisées

"Ils ont décidé de supprimer des lits d'hospitalisation en chirurgie pédiatrique. Trois en semaine et trois de plus, donc six, le week-end. La direction justifie ce choix par un taux d'occupation insuffisant. En fermant ces lits, ils veulent récupérer quatre puéricultrices et une auxiliaire puéricultrice. Ce sont pour nous des suppressions de postes", indique Pierre Renard au nom de l'intersyndicale, joint par France 3 Occitanie.

On passerait de 24 lits à 21. Elles seront une puéricultrice pour dix enfants alors ce qui a été préconisé par un rapport des Assises de la pédiatrie remis au ministère, c'est une puéricultrice pour quatre enfants.

Pierre Renard, membre de l'intersyndicale CGT, CFDT, UNSA, FO

Selon des études dont celle de la revue The Lancet un patient en plus par infirmier, augmenterait de 7 % le risque de décès. Passer de six à dix patients ferait passer le risque de décès à 30 %. 

Le mouvement est soutenu par tous les personnels y compris les médecins, précise l'infirmier. Les syndicats ont lancé une pétition en ligne. Elle a déjà recueilli 5000 signatures.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité