Procès d'une conductrice droguée et alcoolisée à Montpellier : 8 ans de prison requis avec mandat de dépôt

Des amis de Laurena 22 ans, tuée sur la D.58 à Lattes en février 2019 et le collectif justice pour les victimes de la route ont manifesté ce lundi devant le tribunal correctionnel de Montpellier. A l'intérieur, la conductrice à l'origine de l'accident mortel comparaissait pour homicide involontaire.

Montpellier - banderole sur le palais de justice et manifestation du collectif pour les victimes de la route- 26 octobre 2020.
Montpellier - banderole sur le palais de justice et manifestation du collectif pour les victimes de la route- 26 octobre 2020. © F3 LR L.Colinet.
Le procès de la jeune Lattoise de 26 ans à l'origine de ce dramatique accident était prévu ce lundi devant le tribunal correctionnel de Montpellier. Elle doit répondre d'homicide involontaire avec circonstances aggravantes (vitesse, alcool, drogue, franchissement de ligne blanche et téléphone au volant).

Mais dès l'ouverture de l'audience, l’avocate de la famille de Laurena a demandé le renvoi de la mise en cause et donc du procès devant la cour départementale criminelle. Selon Laetitia Leroy Szwed, "il faut du temps pour juger un tel drame et là nous n’en n’avons pas". Par ailleurs, la famille de la victime réclame une requalification des faits en homicide volontaire, et donc un jugement devant les assises.

La conductrice (ivre et droguée) ne pouvait pas ignorer qu’elle allait donner la mort.

L'avocate des parents de Laurena.

Pour soutenir les parents de Laurena dans leur combat, le collectif justice pour les victimes de la route et des amis ont manifesté devant le tribunal avant l'ouverture du procès. Mais en France, il n'est jamais arrivé qu'un accident de la route soit reconnu comme homicide volontaire.

On l’attendait ce jour de procès ! Aujourd’hui, nous sommes en face de vous et on y croit, j’ai confiance en vous, en la justice. J’ai élevé ma fille avec des valeurs et si c’était elle qui était à la barre, je ne suis pas certain que je la défendrais.

Le père de Laurena à la barre du tribunal correctionnel de Montpellier

Montpellier - manifestation du collectif pour les victimes de la route- 26 octobre 2020.
Montpellier - manifestation du collectif pour les victimes de la route- 26 octobre 2020. © F3 LR L.Colinet.

8 ans de prison requis contre la chauffarde

Le procureur soulignant la douleur de la famille de Laurena a demandé une peine de 8 ans d'emprisonnement. Il a affirmé que loin de l'émotion légitime du drame, il voulait rendre la justice. La jeune femme responsable de l'accident encourt jusqu'à 10 ans de prison.

Je souhaite que justice soit rendue. Les parents de la victime ne sont pas venues réclamer la tête de la prévenue. Et je ne voudrais pas qu'ils vivent avec le sentiment que ce dossier passe avec les autres. C’est une affaire grave et ce ne sont pas des réquisitions d’émotion. Je requiers une peine de 8 ans d’emprisonnement avec mandat de dépôt.

Le Procureur.

Le jugement a été mis en délibéré au 23 novembre.

Homicide involontaire ?

Le 20 février 2019, il est 23 heures quand un choc frontal a lieu entre deux véhicules sur la route départementale 58, sur la commune de Lattes, dans la métropole de Montpellier. Cet accident fait un mort : Laurena Bazizi, 22 ans, la conductrice d’un des deux véhicules.

L’autre conductrice, une Lattoise de 26 ans, est placée en garde à vue. C'est elle qui est à l'origine de l'accident : elle s’est déportée pour doubler malgré la ligne blanche et a percuté de plein fouet la voiture de Laurena qui arrivait en face.
Elle conduisait avec 1,93 gramme d’alcool dans le sang, sous l'emprise de cannabis et de cocaïne, à une vitesse de 105 km/h sur une route limitée à 50. De plus, elle filmait son compteur de vitesse avec son portable.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société accident faits divers délinquance routière sécurité routière sécurité décès drogue alcool