Rugby : Mohamed Haouas, le pilier du XV de France, placé en détention provisoire avant d'être jugé mardi à Montpellier

Soupçonné de violences conjugales sur conjoint, le rugbyman du MHR est placé en détention provisoire avant d'être jugé mardi 30 mai 2023 à Montpellier. Mohamed Haouas, le joueur international n'en est pas à sa première affaire judiciaire. Un comportement qui suscite de vives réactions sur la planète Ovalie..

Mohamed Haouas, pilier de Montpellier et du XV de France de rugby, est placé en détention provisoire avant d'être jugé mardi en comparution immédiate à Montpellier, annonce ce dimanche 28 mai le Procureur de la République de Montpellier Fabrice Belargent.

Placé en garde à vue depuis vendredi 26 mai, le rugbyman est soupçonné d'avoir commis des violences conjugales envers sa femme dans un lieu public.

L'international de rugby doit être jugé "mardi à 13h30 en comparution immédiate" devant le tribunal correctionnel de Montpellier confirme le Procureur de la République.

Son avocat Marc Gallix a précisé à l'AFP samedi, que son client est poursuivi pour "violences volontaires sans ITT sur conjoint en récidive légale". 

Carton rouge des institutions

Suite à l'annonce de sa garde à vue, les réactions ne se sont pas faits attendre.

Même la ministre des Sports et des JO s'est exprimée sur Twitter samedi 27 mai dans la soirée.

"S'ils sont établis, les faits de violence conjugale reprochés à Mohamed Haouas sont inacceptables", a notamment affirmé Amélie Oudéa-Castéra.

Le club de Montpellier a quant à lui réagi dans un communiqué officiel. Le MHR a tenu "à rappeler qu’il condamne tous les actes de violence quels qu’ils soient et attend de ses salariés un comportement exemplaire."  

La direction du club a jouté qu'elle ne ferait aucun autre commentaire. Elle reste dans l'attente des décisions judiciaires et "déterminera alors les suites à donner concernant cette affaire".

Transfert à Clermont remis en cause ?

Mohamed Haouas vient de signer un contrat avec l'ASM, le club de rugby de Clermont-Ferrand, où il s'engageait pour les trois prochaines saisons.

Cette nouvelle actualité judiciaire remettra-t-elle en cause son avenir de rugbyman ?

En tout cas chez les supporters clermontois, la sanction est sans appel. "Hors de question de voir ce mec avec le maillot jaune et bleu", twitte l'un d'entre eux.

Même écho ici, "hors de question que je supporte notre équipe si ce joueur porte nos couleurs".

Même les supporters toulonnais s'y mettent. "Mohamed Haouas a sali l'image de Clermont avant-même de porter le maillot de l'ASM".

Et justement du côté de l'ASM, joint par L'Equipe, la direction du club de Clermont a "botté en touche" et expliqué : « Tant que nous n'avons pas d'informations sur les faits, nous ne ferons aucun commentaire sur le dossier. ».

Selon le quotidien sportif, "si juridiquement, une rupture de contrat paraît « compliquée » puisqu'il s'agit d'un fait d'ordre privé", d'après leurs informations, la position de l'état-major clermontois est assez claire "si Mohamed Haouas venait à passer par la case prison, même quelques jours, le club ferait machine arrière".