• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Bassin de Thau : vers une pénurie d’huîtres ?

Les huîtres du bassin de Thau sont bien plus petites que d'habitude - juin 2019 / © France 3 LR - S.Taponier
Les huîtres du bassin de Thau sont bien plus petites que d'habitude - juin 2019 / © France 3 LR - S.Taponier

Cet hiver, les huîtres du bassin de Thau se sont nourris essentiellement de picochlorum, un phytoplancton microscopique que les coquillages ont du mal à digérer. Conséquence, les huîtres sont plus petites que d’habitude et une pénurie est annoncée pour cet été. Explications.

Par JM avec Olivier Brachard

Des huîtres trop petites 


Cathy est ostréicultrice sur le bassin de Thau, et cette année, comme chez la plupart de ces collègues, ses huîtres sont bien plus petites que d’habitude. Un manque à gagner pour la productrice.

C’est une compensation sauf qu’au niveau du poids de la quantité et du volume d’huîtres ça fait moins de poids, donc moins d’argent confie l’ostréicultrice.


Le coût de production revient plus cher car si l'huitre est travaillée à l'unité sur les tables du bassin de Thau, elle est vendue au kilo.

Là on le voit bien, nous montre une ostréicultrice, la dentelle n’est pas très importante, les huîtres ne poussent pas vite du tout.


Autre conséquence de ce retard de pousse, des huitres parfois trop petites pour être vendues sur les étals et dans les restaurants pour cette saison touristique estivale.

La cause : un phitoplancton qu'elles ne digèrent pas 

 
La cause, la malaïgue de l’été dernier, elle a appauvri le bassin de Thau en nutriments, et d’un autre côté, elle a permi la floraison d’algues et donc le développement d’un phytoplancton très indigeste pour l’huître, le picochlorum :

A cause de la malaigue, les ostréiculteurs ont perdu près de 80% de leur production, il y a ce problème-là dû à la chaleur, puis après il y a eu la floraison d’algues ce qui a rajouté un problème supplémentaire.


Les huîtres se nourrissent alors du picochlorum qui entrainera donc un retard de pousse.


Le reportage d'Olivier Brachard et Stéphane Taponier
 


 

Sur le même sujet

Lagune de Thau : la mortalité anormale des palourdes mobilise pêcheurs et biologistes

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer