Évasions au centre de rétention de Sète : deux des fuyards rattrapés et condamnés à huit mois de prison ferme

Deux étrangers en situation irrégulière ont été condamnés à huit mois de prison ferme pour leur évasion du centre de rétention administrative de Sète. Ils avaient pris la fuite dans la nuit de vendredi à samedi. Huit autres fuyards courent toujours.

La sanction est tombée pour deux des évadés du Centre de rétention administrative (CRA) de Sète. Jugés en comparution immédiate, ce lundi 13 mai, ils ont écopé de huit mois de prison ferme. Ils avaient pris la fuite, en compagnie de huit autres étrangers en situation irrégulière, dans la nuit de vendredi à samedi.

Huit mois d'emprisonnement ferme pour "soustraction à une mesure d'éloignement et dégradation de bien public". C'est la peine prononcée ce lundi par la justice dans l'affaire de l'évasion du Centre de rétention administrative de Sète.

Deux d'entre eux rattrapés dès samedi

Dix étrangers en situation irrégulière retenus au Centre de rétention administrative de la ville portuaire de Sète (Hérault) s'étaient évadés dans la nuit de vendredi à samedi, mais deux d'entre eux ont été retrouvés dès samedi.

Les dix personnes "ont pris la fuite en passant par les toits, par les combles. Ensuite, ils ont sauté sur le toit du greffe pour accéder dans la rue", a expliqué à l'AFP Ghislain Marty, délégué du syndicat de police Alliance dans l'Hérault."Il n'y a que cinq policiers pour les surveiller la nuit, et le centre n'est pas si petit que ça, puisqu'il y a des étages, donc vous ne pouvez pas être partout à la fois", a-t-il déploré, assurant que, malgré la présence de caméras, "rien ne vaut la présence humaine".

Une réunion doit avoir lieu cette semaine avec la "direction interdépartementale de la police" afin d'"étudier les voies et les moyens de mieux sécuriser cet espace de rétention" a précisé la Préfecture à l'AFP. La sécurisation du CRA de Sète est "essentielle, puisque c'est une des priorités pour lutter contre l'immigration irrégulière" qui "passe par des reconduites effectives" à la frontière, a insisté la préfecture.

Une précédente évasion il y a un an

En avril, 10 étrangers en situation irrégulière s'étaient échappés du CRA d'Oissel en Seine-Maritime. Il y a un an, en avril 2023, une évasion avait déjà eu lieu au CRA de Sète, avec la fuite de huit personnes. Le nombre de migrants enfermés dans les CRA a augmenté en 2023, tout comme la durée moyenne (28,5 jours) passée dans ces établissements en proie à des violences accrues, ont dénoncé dans un rapport fin avril des associations de défense des migrants, dont La Cimade et France terre d'asile. Selon ce rapport annuel, 46.955 personnes ont été enfermées dans des CRA en 2023, contre 43.565 en 2022.