Explosion d'une usine sur le port de Sète : blessé grave, aucun risque de pollution de l'air, ce que l'on sait au lendemain de l'incendie

L'incendie qui s'est déclaré après une explosion ce mercredi après-midi sur le port de Sète, dans une entreprise classée Seveso seuil bas, a été maîtrisé en deux heures par une armée de pompiers. Les jours de la personne blessée ne sont pas en danger. Les résultats des mesures réalisées sur site sont négatifs : aucun risque de pollution, selon la prefecture de l'Hérault.

L’incendie, dû à une explosion au sein de l’entreprise SAIPOL classée SEVESO seuil bas, située sur le port de Sète, a été maîtrisé en deux heures, hier.

Le CODIS de l'Hérault a employé les grands moyens en déployant sur place 45 véhicules et une centaine de sapeurs-pompiers, dont les premiers sont arrivés sur place dix minutes après que l'alerte a été donnée.

Un site en maintenance

L’explosion a eu lieu dans l’entrepôt d’estérification (fabrication de carburant à partir de graines) où étaient stockés quelque 300 m3 de diester. L’entreprise était à l’arrêt pour maintenance, a précisé la préfecture de l'Hérault.

Une seule personne a été blessée : brûlé aux mains et au visage, ce salarié de l'usine a été héliporté vers le centre hospitalier de Lapeyronie à Montpellier. 200 personnes ont été évacuées à titre préventif.

Risques de pollution écartés

Quant au risque de pollution, le panache de fumée noire a été poussé vers la mer par le vent. Et, selon la préfecture de l'Hérault : "les résultats des premières mesures réalisées sur site par le SDIS 34 sont négatifs. La combustion produit majoritairement des gaz tels que du CO, CO2 et des suies en grande quantité".

Les produits contenus dans les eaux d’extinction ont également été alamysées à la demande du préfet de l’Hérault pour évaluer les risques environnementaux. Selon les autoritées :

  • Concernant les prélèvements de l’air  : pas de présence de produit toxique au-delà des seuils de danger. 
  • Concernant les eaux d’extinction: une pollution aux acides gras à longue chaine est relevée, mais ces produits ne présentent pas de risque de toxicité pour l’homme. Les eaux contenues dans un bassin de rétention seront traitées durant plusieurs jours. 

Un point de la situation a été publié sur son compte X.

Les agents de la DREAL et de la direction des risques industriels sont ce jeudi 11 avril sur le site. Ils doivent proposer au préfet les mesures nécessaires pour le fonctionnement de l’entreprise dans le cadre de la réglementation des installations classées pour la protection de l’environnement.

L’inspection du travail est également sur place. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité