• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Sète : à l'occasion du K-live, six artistes exposent leurs oeuvres sur les murs de l'île singulière

Maye s'est inspiré de ses origines sétoises pour réaliser son oeuvre, il peint le visage de Georges Brassens - juin 2019 / © France 3 LR - E.Garibaldi
Maye s'est inspiré de ses origines sétoises pour réaliser son oeuvre, il peint le visage de Georges Brassens - juin 2019 / © France 3 LR - E.Garibaldi

Jusqu’à dimanche la ville de Sète se transforme en véritable musée à ciel ouvert à l’occasion du festival K-live, un festival dédié au street-art. Cette année six artistes viennent compléter ce musée à ciel ouvert qui comptait déjà 31 œuvres.

Par Joane Mériot

Depuis le 3 juin, des dizaines d’artistes ont investi les ruelles de l’île singulière, parmi eux, le docteur Ponce. C’est la première fois que l’artiste peint à ciel ouvert. Cet illustrateur qui mêle avec habileté humour et autodérision n'a pas résisté une seconde à l'invitation du festival K-live. Il a été séduit par l'idée de réaliser une fresque qui restera sur ce mur de la rue des 3 journées pendant des années.

Il faut prendre en compte le fait que des gens vont vivre avec cette œuvre-là, on ne peut pas imposer juste quelque chose de joli, sans penser qu’il y a des gens qui vont se lever et voir l’image tous les matins.
Docteur Ponce street-artiste

Docteur Ponce peint son oeuvre sur l'un des murs de l'île singulière à l'occasion du festival K-live - juin 2019 / © France 3 LR - E. Garibaldi
Docteur Ponce peint son oeuvre sur l'un des murs de l'île singulière à l'occasion du festival K-live - juin 2019 / © France 3 LR - E. Garibaldi

Pour les passants la magie opère instantanément alors que son œuvre n'est pas encore finit.

Ca se trouve cela ça sera là dans encore là dans 5, 10 15 ou 20 ans, 100 ans et il y a aura une histoire derrière ça, et il y a des jeunes qui vont passer, ça va vivre, c’est un peu comme un film quelque part, confie un passant

37 oeuvres sur les murs de Sète 


Maye a puisé dans ces origines sétoises pour réaliser cette peinture sur la facade d'un petit immeuble. Son personnage principal dont le visage n'apparaît pas encore est un certain Georges Brassens.


La rue qui est juste au croisement s’appelle la rue Gorges Brassens, donc pour moi c’était une évidence, d’offrir ça aux gens dans la rue, et je ne vais pas vous cacher que Sète est un public que j’adore, car je suis Sétois.


Maye, Docteur Ponce et quatre autres artistes complètent cette année le musée à ciel ouvert de Sète qui comptait déjà 31 œuvres.

Le reportage de Jérôme Gaussen et Enrique Garibaldi 



 

Sur le même sujet

toute l'actu Danse

Lozère : apprenez à construire votre éolienne Pigott vous-même à Florac

Les + Lus