Souvenirs. A Pézenas, en 1961, Jean-Paul Belmondo tourne Cartouche

André Gourou n'avait que 6 ans au moment du tournage de Cartouche avec Jean-Paul Belmondo, Jean Rochefort et Claudia Cardinale. Si il ne se souvient que très peu du passage de Bébel dans les rues de sa ville, il se souvient d'une rencontre unique à Paris pour recueillir les empreintes du comédien.

Cartouche, le film de Philippe de Broca est l'un des 80 long-métrages dans lequel Jean-Paul Belmondo a joué. Tourné à Pézenas, la comédie qui réunissait, Jean Rochefort, Noël Roquevert et Claudia Cardinale pour ne citer que les têtes d'affiche, est restée dans les mémoires de nombreux piscinois.

André Gourou, pharmacien sur le cours Jean Jaurès au coeur de la cité de Molières n'avait que 6 ans quand Jean-Paul Belmondo endosse l'habit de Cartouche, un brigand qui sévissait à Paris à la Cour des Miracles au début du XVIII siècle.

L'acteur incarne un personnage bagarreur au grand cœur. Tout "Bébel" en fait. Si le jeune André ne garde que trés peu de souvenir du tournage, il se souvient bien que Pézenas s'arrêtait de vivre le soir.

Il y avait beaucoup de figurants. Mais je n'ai pas trop de souvenirs, si ce n'est qu'a la fin du film quand apparaît le carrosse qui emporte la dépouille de Claudia Cardinale tout le monde disait, "c'est le carrosse d'André!" En fait ils disaient ça, parce que c'était mes parents, fleuriste à l'époque, qui l'avait décoré avec des fleurs couverte de feuilles dorées.

André Gourou, habitant de Pézenas (34)

 

Les empreintes des mains de Bébel sur le cours Jean Jaurès

Ce n'est, que bien des années plus tard alors qu'André Gourou est devenu pharmacien dans sa ville que la rencontre avec le comédien a lieu. Comme il est de coutume pour les personnalités du spectacle qui séjournent à Pézenas, André Gourou, a initié la tradition des pas. Les empreintes des acteurs ou actrices qui ont joué à Pézenas sont gravées dans l’argile avant d'aller rejoindre le cours Jean-Jaurès en centre ville. Comme à Hollywood, Pézenas conserve une trace du passage de grands noms du cinéma venus séjourner dans la cité où le grand Molière a lui même joué et vécu.

Pour André Gourou, il est impératif d'avoir l'empreinte de Jean Paul Belmondo, digne successeur de Jean-Baptiste Poquelin. Nous sommes en 2013, et l'acteur diminué par un accident vasculaire cérébrale au début des années 2000, ne peut se déplacer. C'est par l'entremise de l'acteur Jean Rochefort, qu'il arrive après maintes difficultés à joindre le comédien.

J'avais parlé à Jean Rochefort de se projet d'empreinte des acteurs de Cartouche. Il me fallait Jean-Paul Belmondo évidemment. Jean Rochefort m'aidera à le contacter, et c'est avec une grande surprise qu'il m'invite à venir le rencontrer à Paris, chez lui dans son hôtel particulier rue des Saint-Pères.

André Gourou, initiateur des empreintes à Pézenas (34)

Un homme accueillant, courtois et disponible

L'invitation est lancée. André Gourou est invité à Paris en 2008 pour recueillir les empreintes de l'homme au 80 films, l'acteur peut être le plus populaire que le cinéma français est eu. Il aura pour cela fallu franchir de nombreux obstacles. Et puis un jour, la fille de l'acteur Stella le met en relation avec son père. Après de nombreuses années d'attente André Gourou touche enfin au but.

Mais la traversée de Paris jusqu'au boulevard Saint-Germain est entravée par une manifestation contre le mariage pour tous. Le rendez-vous est sauvé in-extrémis.

Quand André Gourou, sonne rue des Saint-Pères, c'est le comédien en personne qui vient ouvrir et reçoit ses invtés.

J'étais très intimidé, ému. Il était là dans la cour devant nous. Il nous a fait entré et nous a invité à déjeuner. Comme il ne pouvait pas trop bouger, il me demandait d'aller chercher les plats dans le frigidaire dans la cuisine. On a parlé de tout, tout le temps. Comme il y avait la manifestation contre le mariage pour tous boulevard Sain-Germain, il m'a demandé ce que j'en pensais. Et il m'a dit : "Moi je suis pour. Enfin il y aura des hommes qui auront des pensions alimentaires. Parce que nous, ça nous a couté cher les pensions".

André Gourou, habitant de Pézenas (34)

 

André Gourou va rester prés de 3 heures chez Jean-Paul Belmondo. L'accueil est chaleureux, d'une grande simplicité se souvient le pharmacien de Pèzenas initiateur des empreintes du cours Jean Jaurès. Jean-Paul Belmondo se prêtera ensuite, aux jeux des empreintes dans de l'argile. Pour Cartouche, ce sera les mains et non les pieds.

Une petite entorse à la tradition piscinoise qui veut que ce soit les pieds. Claudia Cardinale, Jean Rochefort et Jean-Paul Belmondo sont les seuls à avoir prêté leur main pour ces empreintes désormais figé dans le cours Jean Jaurès. 

j'ai rencontré de grands comédiens, mais je dois dire que c'est celui qui m'a le plus impressionné. Jean-Paul Belmondo, c'est une autre dimension

André Gourou, habitant de Pézenas (34)

 

Le film  tourné en 1961 sortira sur les écrans en 1962. Cartouche sera un succés à sa sortie en France, avec 3 610 402 entrées au box-office.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture région occitanie décès disparition théâtre