L'année 2015 vue par... Marie-Pierre, retraitée

[Série de fin d'année 4/7] Toute cette semaine nous avons interrogé des Midi-Pyrénéens pour savoir ce qu'ils retenaient de l'année 2015. Aujourd'hui, Marie-Pierre, retraitée.

À Cugnaux, Marie-Pierre, 69 ans, vit seule. Elle aurait voulu se rendre à Paris, visiter sa fille et en profiter pour déposer des fleurs place de République à Paris, là où elle vécu pendant des années avant de venir s'installer dans le sud de la France.  Acienne employée de mairie à la retraite elle a des avis tranchés et revendique ses valeurs humanistes. 



Quand on lui demande ce qui l'a marqué cette année : 

"Que le pouvoir judiciaire soit mis à l'écart par l'état d'urgence, que l'on puisse faire des perquisitions à tort et à travers devant femmes et enfants. Rien qu'ici, en Midi-Pyrénées, il y a eu des dizaines de perquisitions. Est ce que l'on doit bafouer la dignité humaine pour autant ?  ça me rappelle les plus sombres heures de notre histoire.

Je suis très inquiète pour l'avenir de nos enfants lorsque je vois que toute l'europe vote à droite. Quand je vois comment sont traités les migrants à Calais alors que nous sommes presque tous fils de migrants... je suis horrifiée. 

Quand on lui demande comment ces événements l'ont affectée au quotidien : 

"Mon quotidien ne change pas, j'ai toujours la même vie. Les opprimés sont toujours les mêmes. Je suis indignée par le monde qui m'entoure.  Ca me donne envie de m'engager concrètement sur le terrain. Je l'étais lorsque j'étais plus jeune, mais c'est épuisant aujourd'hui je n'en ai plus la force. C'est donc aux jeunes de s'indigner haut et fort. 

Vous avez vu ce qu'il s'est passé au premier tour des dernière élection régionales ? comment voulez-vous que je ne sois pas inquiète..."