L'ours des Pyrénées fait moins de dégâts alors que sa population ne cesse de croître

© MaxPPP
© MaxPPP

La DREAL vient de publier le rapport annuel des dégats imputables à l'ours des Pyrénées. En 2015, le nombre de dossiers et de prédations affiche une baisse notable alors que le nombre d'individus vivant dans les Pyrénées augmente. 89% des dommages sont en Ariège.

Par Emmanuelle Gayet

Chaque printemps, la Direction Régionale de l'environnement de l'aménagement et du logement dresse le bilan des dommages imputables à l'ours des Pyrénées. Ce travail effectué depuis 2006 permet de donner des élements de comparaisons entre les différents types de dégâts et leur situation géographique. 

Une baisse du nombre de dommages

En 2015, 145 animaux dont la mort a été imputé à l'ours ont été indemnisés auprès des éleveurs. Il s'agit du chiffre le plus bas depuis que les bilans annuels sont publiés. Sur les 145, 105 ont été tués sur les estives de l'Ariège, 20 dans le Parc National des Pyrénées du côté du Béarn et 15 toujours dans le Parc National des Pyrénées dans les Hautes-Pyrénées. 
Même contat pour les dommages sur les ruches. Sur les 11 endomagées et indemnisées, 8 se trouvent en terres ariégeoises.
Entre 2006 et 2015 le nombre de dossiers liés aux dégats de l'ours est passé de 193 à 93 alors que le nombre d'ursidés augmente chaque année (hormis en 2014, où deux ours avaient été retrouvés morts). 29 ours sont responsables des dégâts de l'année (4 de plus qu'en 2013), 15 d'entre eux ont laissé des traces en Ariège et en Haute-Garonne.

89% des dommages se concentrent sur l'Ariège et les Hautes-Pyrénées

Alors que le plus grand nombre d'ours se trouve dans les Hautes-Pyrénées et en Haute-Garonne, le nombre de dommages y est relativement faible. En Haute-Garonne, le nombre d'animaux tués par l'ours s'élève à 5 et dans les Hautes-Pyrénées à 15.
C'est dans l'Ariège que l'ours est le plus actif. 105 animaux, 8 ruches et 57 dossiers qui ont été examinés par le CIDO (Commission d'indemnisation des Dommages Ours) soit 89% des dommages de l'année pour l'ensemble du massif pyrénéen.
Le mode de gardiennage des troupeaux avec notamment la présence de chien Patou pour la surveillance et le regroupement nocturne des bêtes pratiqué dans les Pyrénées centrales explique ce décalage entre de chiffres entre les départements concernés par la présence du plantigrade. 
Depuis 2011, aucun ours n'a été détecté dans l'Aude et les Pyrénées-Orientales.

En savoir plus sur l'ours des Pyrénées.

A lire aussi

Sur le même sujet

Insultes racistes pour l'AS Rousson

Les + Lus