• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

L'ARS maintient l'activité des maternités de Millau et Saint-Affrique mais les oblige à fusionner

Plusieurs milliers de personnes manifestent ce jeudi soir à Millau pour défendre la maternité. / © Mathilde de Flamesnil / France 3 Quercy-Rouergue
Plusieurs milliers de personnes manifestent ce jeudi soir à Millau pour défendre la maternité. / © Mathilde de Flamesnil / France 3 Quercy-Rouergue

Fin des doutes sur la poursuite de l'activité des maternités de Millau et Saint-Affrique dans l'Aveyron. L'Agence régionale de santé (ARS) indique ce jeudi que toutes deux vont pouvoir poursuivre leur activité "à la condition de mettre en œuvre dans les prochains mois un projet commun".

Par Laurence Boffet

Après des mois de mobilisation des personnels et des habitants de Millau et de Saint-Affrique pour conserver leurs deux maternités, ce sera sans doute un demi soulagement. L'Agence régionale de santé vient d'annoncer qu'elle avait décidé de maintenir l'activité des deux établissements mais sous certaines conditions. Ils devront mettre en oeuvre et "rendre effectif dans les prochains mois un projet médical commun pour prendre en charge les futures naissances dans le Sud-Aveyron

Dans un communiqué, l'Agence régionale de santé précise que sa décision a été annoncée ce jeudi matin aux représentants des Centres Hospitaliers et aux Maires de Millau et de Saint-Affrique, réunis à Montpellier. Avec cette décision soumise à condition, l’ARS indique qu'elle "prend en compte la situation géographique spécifique du Sud Aveyron et la nécessité d’y maintenir les activités de maternité de proximité, dans un dispositif gradué de prise en charge, organisé avec l’appui du CHU de Montpellier, établissement de référence". Ce projet de fusion passera notamment par la mise en place d'équipes médicales communes entre les deux centres hospitaliers.

Distantes d'une trentaine de kilomètres, les deux maternités du Sud-Aveyron sont régulièrement sur la sellette car elles enregistrent un peu moins de 300 accouchements par an, un nombre inférieur aux seuils définis au plan national. Cette décision intervient alors que plusieurs milliers de personnes manifestent ce jeudi soir pour défendre la maternité à Millau et au lendemain de l'annonce du maintien de l'activité de la maternité de Decazeville, également menacée.

A lire aussi

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus