Lot : la trésorerie de Bretenoux, qui doit fermer en janvier, murée par des manifestants

Publié le Mis à jour le
Écrit par Vincent Albinet .

Une cinquantaine de manifestants ont symboliquement muré mardi matin la trésorerie de Bretenoux (Lot). Ils entendaient ainsi protester contre sa fermeture annoncée au 1er janvier dans le cadre d'une fusion avec la trésorerie de Saint-Céré.

Une cinquantaine d'agents des Finances Publiques et d'élus du Lot ont manifesté mardi matin devant la trésorerie de Bretenoux qu'ils ont symboliquement murée avec quelques parpaings.



Les manifestants entendaient protester contre la fusion des trésoreries de Saint-Céré et de Bretenoux annoncée pour le 1er janvier 2008.



Ils ont également fait signer une pétition aux usagers de l'arrondissement qui devront à partir de l'année prochaine soit se rendre à Saint-Céré, soit effectuer leurs démarches sur internet.



La décision arbitraire de l'administration ne tient compte ni de l'avis des élus locaux, mis devant le fait accompli, ni des préoccupations des usagers qui ne sont pas consultés,

dénoncent les syndicats CGT et FO.



Ils soulignent également que la distance entre Saint-Céré et Bretenoux (9 kms) "semble minime vue de Bercy, mais est bien un obstacle pour une population de plus en plus fragilisée et vieillissante et parfois sans moyens de transports". Et demandent donc à la Direction des Finances Publiques de revenir sur sa décision de fusion des trésoreries de Saint-Céré et de Bretenoux.

Quelques agents des Finances Publiques du Lot ont muré symboliquement la perception de Bretenoux pour dénoncer sa fermeture programmée au 1 er janvier 2018. Un nouvel exemple de désertification des services publics en zone rurale que dénonce Didier Schakenbourg, le secrétaire départemental CGT des Finances Publiques du Lot

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité