Cogra dans le rouge après le transfert du siège de Mende à Séverac-le-Château

Le spécialiste français des granulés de bois, Cogra, est tombé dans le rouge lors de l'exercice annuel clos fin juin, en raison des coûts liés à la fermeture de son site historique de Mende en Lozère, a-t-il annoncé, mardi, dans un communiqué.

Séverac-le-Château (Aveyron) - Bernard Chapon, patron de Cogra, fait visiter sa future usine aux élus du conseil général - 2013.
Séverac-le-Château (Aveyron) - Bernard Chapon, patron de Cogra, fait visiter sa future usine aux élus du conseil général - 2013. © media12.fr

Au cours de l'exercice 2012/13, la société a enregistré une perte de 182.000 euros, contre un bénéfice net de 347.000 euros lors de l'exercice précédent.
Cette mauvaise performance s'explique par la fermeture de l'usine historique de Mende, son ancien siège, précise l'entreprise dans un communiqué.

Son nouveau site de production sera situé désormais à Séverac-le-Château dans l'Aveyron.

Mende devient site de stockage

Le site de Mende va devenir lui un centre de stockage afin d'anticiper une nouvelle croissance de la demande cet hiver, précise le groupe.
En 2012/2013, l'activité de Cogra a été fortement soutenue. Le chiffre d'affaires, déjà connu, a bondi de 30% à 17,0 millions d'euros, contre 13,0 millions l'année précédente, grâce au chauffage au bois en vogue et un printemps inhabituellement froid.

Pour l'exercice 2013/2014, Cogra table sur une poursuite de sa croissance et une amélioration de sa rentabilité soutenues par la fermeture de l'usine de Mende, la normalisation des coûts de transports et des prix de vente.

Le groupe prévoit, en outre, une montée en puissance de l'usine de Séverac-le-Château dans les prochains mois.
"L'exercice a démarré avec un carnet de commandes bien orienté", a indiqué Cogra.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergie environnement emploi économie social