Florac : manifestation en soutien à Alkaba, jeune Malien menacé d’expulsion

Près de 250 personnes se sont rassemblées à Florac en Lozère pour apporter leur soutien à Alkaba. Un jeune Malien résidant à Florac depuis trois ans et convoqué au tribunal administratif de Nîmes le 12 mai prochain. Il est sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français.

A Florac, près de 250 personnes se sont rassemblées sur l'Esplanade en soutien à Alkaba, jeune Malien menacé d'expulsion - 9 mai 2021
A Florac, près de 250 personnes se sont rassemblées sur l'Esplanade en soutien à Alkaba, jeune Malien menacé d'expulsion - 9 mai 2021 © Stéphane Courty

La manifestation a eu lieu ce dimanche en milieu d’après-midi sur l’esplanade de Florac, en Lozère. Près de 250 personnes se sont réunies pour apporter leur soutien à Alkaba Tounkara. A l’origine de cette manifestation Stéphane Courty, un ami d’Alkaba : "Nous souhaitons nous rassembler aujourd’hui pour mettre en lumière le fait que Alkaba soit jugé mercredi. Il n’y a aucune démarche politique dans ce que l’on fait. Nous sommes très attachés à Alkaba, cette manifestation c’est pour le soutenir et lui montrer que l’on veut qu’il reste ici."

Car ce mercredi 12 mai, Alkaba doit comparaître devant le tribunal administratif de Nîmes. Il est sous le coup d’une OQTF (une obligation de quitter le territoire français), mais a fait un recours.

Un jeune homme "bien intégré"

Une décision qui semble injuste pour de nombreux habitants de Florac, comme Stéphane : "Il est très investi dans la vie de la commune, il s’est engagé dans de nombreuses associations caritatives pour le secours populaire, les restos du cœur. Il a pris des cours de français aussi, tout le monde le connait ici."

Le jeune homme a quitté le Mali il y a quatre ans pour des raisons financières et personnelles : "Je suis parti du Mali parce que c’est la misère, je suis venu en France parce que je voulais réussir ma vie."

Il s’est ensuite installé en Lozère en 2017, et depuis septembre 2020, il vit avec sa compagne , une Lozérienne : "Je me sens de plus en plus stressé à l'approche du 12 mai. Ma vie, depuis des mois, je la construis ici. Abandonner ma vie ici, vraiment ça me stresse. Je ne sais pas comment faire. J’ai tout ici. Je ne veux pas tout perdre."

D’autant plus qu’Alkaba vient de signer une promesse d’embauche en CDI dans une entreprise de bâtiment du département de la Lozère.

Mercredi 12 mai, une partie des amis d'Alkaba sera présent devant le tribunal administratif de Nîmes pour soutenir le jeune Malien. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société migrants immigration police sécurité justice