Florac : 400 personnes rassemblées pour soutenir une famille d'Albanais et un jeune Malien menacés d'expulsion

Une manifestation a eu lieu en début d'après-midi devant le centre culturel de Florac pour soutenir une famille d'Albanais et un jeune Malien menacés d'expulsion. Les manifestants réclament la régularisation de ces réfugiés "bien intégrés" dans ce département. 

Florac - 400 personnes se sont mobilisées pour soutenir un jeune malien menacé d'expulsion - 23.01.21
Florac - 400 personnes se sont mobilisées pour soutenir un jeune malien menacé d'expulsion - 23.01.21 © DR

Drilon, Eriole, Heidi et Alkaba : c'est pour ces quatre réfugiés qu'élus et citoyens se sont mobilisés en début d'après-midi devant le centre culturel "Genette Verte" à Florac. Ils étaient environ 400, armés de pancartes pour réclamer la régularisation des papiers d'une famille d'Albanais et d'un jeune Malien menacés d'expulsion. 

Il y a urgence car on craint que le processus d’expulsion soit engagé. On veut montrer à l’administration française que le village et les alentours sont vraiment attachés à ces personnes.

Manuel Poux, membre du collectif citoyen de soutien

Deuxième OQTF pour la famille albanaise

La famille Kalladani, d'origine albanaise a déjà reçu début 2020, une obligation de quitter le territoire (OQTF). Mais suite à un recours devant le tribunal administratif de Nîmes, elle a bénificié d’un titre de séjour pour soins. 

Mais en octobre dernier, alors que les parents avaient tous les deux décroché un emploi, le renouvellement de leur titre de séjour a été refusé.

Je ne comprends pas pourquoi la préfecture nous refait cela une seconde fois alors que l’on travaille.

Drilon Kalldani, réfugié albanais

Des réfugiés "bien intégrés"

Pour la maire de Florac, Flore Thérond, cette situation est incompréhensible d'autant plus que ces réfugiés sont bien intégrés dans ce département qui manque d'habitants. Elle déclare, "tout le monde sait que la Lozère est le département le moins peuplé de France. La seule possibilité pour la Lozère de se développer, c’est d’accueillir de nouvelles populations d’où qu’elles viennent. Toute nouvelle installation pour nous c’est très important'.

Suite à la mobilisation, une délégation a été reçue en préfecture, les demandes de régularisation doivent être transmises à la préfète de Lozère.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social international sans papiers société