• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Un cadavre de loup retrouvé en Lozère, à Châteauneuf-de-Randon

Un cadavre de loup a été retrouvé à Châteauneuf-de-Randon, jeudi 23 mai. / © France 3 Languedoc-Roussillon
Un cadavre de loup a été retrouvé à Châteauneuf-de-Randon, jeudi 23 mai. / © France 3 Languedoc-Roussillon

En Lozère, à Châteauneuf-de-Randon, une dépouille de loup a été découverte en bordure de route, jeudi 23 mai. Il s'agirait d'un loup gris, une autopsie doit être réalisée rapidement.

Par A.A.

Les agents du service départemental de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage de la Lozère (ONCFS) ont été informés jeudi 23 mai de la présence d’un cadavre de loup mâle en bordure de la nationale 88, dans la commune de Châteauneuf-de-Randon, selon la préfecture. Un village situé sur la Margeride.
 

Une autopsie pour définir les causes de la mort


La dépouille est en état de décomposition avancée. Il s'agit a priori d'un loup gris, pour le confirmer, le laboratoire départemental vétérinaire doit réaliser prochainement une autopsie complète. Cela permettra également de définir précisément les causes de la mort et l’état physiologique de l’animal.

Des analyses génétiques seront aussi réalisées, une pratique désormais systématique. "On attend vivement les résultats de l’autopsie et on espère que les autorités seront transparentes sur les conditions de son décès mais aussi quant à son origine," réagit Olivier Maurin, président de la Fédération Nationale de Défense du Pastoralisme.
 

Le loup est une espèce protégée par la Convention de Berne. L’abattre est puni d’un à sept ans d’emprisonnement et jusqu’à 150.000 euros d’amende. En Lozère, la présence de loups exacerbe les tensions depuis une dizaine d'années, des attaques de bovins et de veaux par des loups sont régulièrement signalées par les éleveurs. Près d'une trentaine d'attaques auraient eu lieu en 2018 même si très peu sont reconnues par les services de l'Etat. 

Dans la zone où l'animal a été retrouvé mort, deux loups auraient été repérés. Il y a eu des attaques l’an passé et les traces ADN évoquait un loup balte (et donc non alpin). Ce ne serait pas un loup revenu naturellement sur le territoire mais un loup échappé du parc à loups de Ste-Lucie, ce qui pose des questions juridiques quant à son statut.

Mais pour le moment le cadavre retrouvé aujourd'hui n’a pas été identifié comme celui d’un loup balte.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Perpignan-Rungis : le train des primeurs va-t-il s'arrêter le 15 juillet ?

Les + Lus