Un orage et un incendie dans un tunnel, entraînement de gestion de crise sur l'A75

Un exercice de Sécurité civile a eu lieu dans le tunnel de Montjézieu sur l'A75 en Lozère. Objectif : entraîner, tester et préparer la chaîne de sécurité et de secours en cas d’accident majeur.

Cet  exercice de Sécurité civile s'est déroulé sur l’A75 au tunnel de Montjézieu sur la commune de La Canourgue. Un exercice qui s’inscrit dans le cycle d’entraînement à la gestion de crise. Il a mobilisé d’importants moyens matériels et humains, avec pas moins de 60 intervenants. 

L’objectif de cet exercice de sécurité civile est d’entraîner tous les acteurs de la chaîne de sécurité et de secours à faire face à un événement majeur. 

Chacun joue son rôle en conditions réelles. Il s’agit de tester et de valider l’efficacité du dispositif de gestion de crise

Philippe Castanet, préfet de la Lozère

 " Chacun joue son rôle en conditions réelles. Il s’agit de tester et de valider l’efficacité du dispositif de gestion de crise. Les autorités locales, services de secours et forces de l’ordre doivent être en capacité de faire face rapidement et efficacement à tous types d’évènements, y compris les plus difficiles dans l’objectif de minimiser les impacts matériels, environnementaux et humains, " précise Philippe Castanet, préfet de la Lozère.

Cet exercice a permis de tester la mise en œuvre simultanée de deux plans d’organisation  : la gestion d’un épisode cévenol, et dans le même moment, celle d’un accident de la circulation engendrant un incendie dans le tunnel de Montjézieu.

Un scénario de nature à complexifier les opérations

Durant plus de deux heures, la simulation a porté sur les différentes phases du scénario. Un épisode cévenol pluvio-orageux actif avec un fort risque de cumuls et de phénomènes violents nécessitant un suivi particulier est annoncé par Météo-France.

Dans un contexte de circulation normale pour la période, un accident de la circulation intervient dans le tunnel et créé un incident nécessitant sa fermeture.

La visibilité réduite par le dégagement de fumée de l’incendie est un des facteurs de
nature à complexifier les opérations.

Sur place,  un Centre opérationnel départemental (COD) a été armé et il a joué en conditions réelles.

Le centre de crise a rapidement établi le diagnostic, en particulier sur l’état de l’accident, son évolution, les conséquences, les dispositions visant à protéger les usagers de la route, la population et l’environnement à proximité.

La remontée d’alerte, à partir des premiers constats faits par les gendarmes et les pompiers, a permis de vérifier le bon fonctionnement de la chaîne d’information,
depuis l’appel du premier témoin jusqu’aux autorités en passant par les services de secours.

Retour d’expérience


À l’issue de l’exercice, un retour d’expérience a permis de répondre à plusieurs objectifs :


• savoir identifier le risque, faire monter en puissance le dispositif de gestion de crise, solliciter les conseils auprès des bons interlocuteurs, et adopter la stratégie de réponse à l’incident ;


• mettre en place des bons réflexes par l’ensemble des services et personnels concernés et assurer le bon enchaînement des procédures d’intervention sur le terrain ;
• tester le fonctionnement et les différentes phases de la cellule de crise ;


• analyser les actions de terrain jouées par une partie des acteurs ;


• s’assurer de la bonne coordination des opérations ;


• repérer les points positifs pour les pérenniser, et les situations à corriger afin d’
améliorer les capacités de réponse ;


• réaliser un examen sur les éventuels dégâts qu’un tel incident pourrait causer à
l’infrastructure au regard de l’incendie simulé, et sur les délais et contraintes de la
réouverture du tunnel ;


• assurer une communication sereine et adaptée sur l’accident, ce qui implique de d’être capable de faire face aux sollicitations des usagers et des médias.

Repères


Le tunnel de Montjézieu a été construit sur l’autoroute A 75 La Méridienne en 1997 par la DIR Massif Central sur la commune de La Canourgue, à une altitude moyenne de 650 mètres. Composé de deux tubes unidirectionnels (l'un à deux voies, l'autre à 3 voies), le tunnel est long de 620 mètres en moyenne. Il est traversé en moyenne chaque jour par 18 000 véhicules.

Entre 2015 et 2020, 7 accidents matériels ont été constatés dans le tunnel : 6 ont nécessité la fermeture partielle du tube concerné et un accident a nécessité sa fermeture totale.

Le 3 mai 2022, un véhicule avait pris feu à 1200 mètres du tunnel.

Circulation déviée 

Pour permettre la réalisation de l’exercice, le tunnel a été fermé à la circulation. Des sorties obligatoires de l’axe autoroutier A 75 ont été mises en place entre les sorties 39 (Le Monastier dans le sens Clermont-Ferrand/Montpellier) et la sortie 40 (Banassac-Canilhac dans le sens Montpellier/Clermont-Ferrand).

Des déviations locales ont été également mises en place pour les véhicules légers et les poids-lourds dans les deux sens de circulation, via les routes départementales.