Morel A L'Huissier réclame une commission d'enquête sur le financement des groupes parlementaires

Pierre Morel A L'Huissier à l'assemblée nationales le 2 juillet 2014 / © MAXPPP
Pierre Morel A L'Huissier à l'assemblée nationales le 2 juillet 2014 / © MAXPPP

Le député de Lozère Pierre Morel-A-L'Huissier poursuit sa croisade pour plus de transparence à L'UMP.  Après avoir demander des comptes à l'UMP sur la campagne de Nicolas Sarkozy aux côtés des militants, il demande la création d'une commission d'enquête sur le financement des groupes à l'Assemblée.

Par Laurence Creusot

Deux députés, Pierre Morel-A-L'Huissier (UMP) et Charles de Courson (UDI) demandent la création d'une commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur "les conditions de financement et de fonctionnement des groupes politiques et des groupes parlementaires", selon un communiqué publié mercredi.

Pierre Morel-A-L'Huissier, député de Lozère, qui a déposé plainte dans l'affaire Bygmalion, estime dans ce communiqué que cette demande permettra de voir "ceux qui veulent vraiment sortir de l'opacité sur le fonctionnement et le financement des structures politiques".

Pour être acceptée, la demande des deux parlementaires devrait soit recueillir l'assentiment de la majorité de l'Assemblée, soit être reprise à son compte par
un groupe politique. Chaque groupe d'opposition ou minoritaire a droit d'obtenir la création d'une commission d'enquête par an si les trois cinquièmes des députés ne s'y opposent pas.

Les suites de l'affaire Bygmalion

Cette demande fait suite aux révélations de Médiapart. Le groupe parlementaire UMP a prêté à son parti 3 millions d'euros tirés de sa dotation à l'Assemblée nationale, peu après les élections législatives de 2012. Une information confirmée par le président du groupe UMP Christian Jacob.
A la suite de ces révélations, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a annoncé dans un communiqué une prochaine révision des statuts des groupes parlementaires "pour permettre l'exercice d'un contrôle sur l'utilisation qu'ils font des dotations qui leur sont versées".

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Réactions d'usagers des finances publiques de l'Hérault

Les + Lus