Un mareyeur sétois ira en justice pour avoir acheté des poissons trop petits

Histoire ubuesque que celle d'un mareyeur de Sète. Il est pris dans les filets d'une réglementation européenne un brin tatillonne et de gendarmes zélés. Il comparaîtra, d'ici un an environ, devant le tribunal correctionnel, pour avoir acheté des poissons trop petits de 2 cm.

Sète (34) : des merlans - 2013.
Sète (34) : des merlans - 2013. © F3 LR

Jean-Raymond Azais, mareyeur sétois, préfère en sourire. Et pourtant, c'est une bien mauvaise plaisanterie que viennent de lui faire les gendarmes.
Il a été contrôlé à la sortie de la criée avec un chargement de merlans trop petits pour la réglementation en vigueur. Certains poissons étaient d'une longueur de 18cm au lieu des 20cm imposés par la législation sur la pêche et la vente de produits de la mer.

Les gendarmes ont confisqué la marchandise et tout le lot a été détruit. Une décision que le mareyeur a beaucoup de mal à comprendre.

Mais qui est responsable de cette situation ?
Le mareyeur explique qu'il ne peut pas contrôler chaque poisson qu'il vient d'acheter à la criée.
La criée affirme n'être qu'un simple intermédiaire entre pêcheurs et mareyeurs.
Les pêcheurs, eux, dénoncent une réglementation européenne inadaptée.

Jean-Raymond Azais va donc devoir aller en justice, devant le tribunal correctionnel. Il encourt jusqu'à 2.000 euros d'amende.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mer pêche alimentation justice