Cet article date de plus de 7 ans

Meurtre des frères Munoz : Laurent Laty interpellé dans le Gard après 6 mois de cavale

Cet homme en cavale depuis sa condamnation en appel à 20 ans de réclusion criminelle, le 26 novembre 2012, pour un double homicide perpétré en juin 2001 à Pujaut dans le Gard, a été interpellé et écroué, à Nîmes, a-t-on appris jeudi auprès de la gendarmerie.

Nîmes - Laurent Laty-Reboul accusé et condamné dans l'affaire du double meurtre des frères Munoz en 2001 à Pujaut - mai 2011
Nîmes - Laurent Laty-Reboul accusé et condamné dans l'affaire du double meurtre des frères Munoz en 2001 à Pujaut - mai 2011 © F3 LR

Laurent Laty-Reboul, qui avait comparu libre devant la cour d'assises du Vaucluse avant de prendre la fuite, a été interpellé dans la région nîmoise, a précisé la gendarmerie, confirmant une information du site internet du Midi Libre.
L'arrestation a eu lieu vers 6h, ce jeudi matin, dans un village proche de Nîmes, après une belle de près de 7 mois. Présenté comme une figure du milieu nîmois, Laurent Laty a été présenté au Parquet de Nîmes et incarcéré.

Pujaut (Gard) - voiture incendiée des frères Munoz - 2001
Pujaut (Gard) - voiture incendiée des frères Munoz - 2001 © F3 LR

L’accusé a toujours nié son implication dans le double meurtre. Mais il avait été trahi par son téléphone portable, localisé à proximité du lieu des faits, juste avant l’arrivée des pompiers, venus éteindre l’incendie.

Dans cette affaire sur fond de guerre des machines à sous, Vincent Rouvière, qui avait lui aussi comparu libre, purge une peine de 15 ans de réclusion.

Le double meurtre des frères Munoz en 2001 à Pujaut

Le 30 juin 2001, Marc Munoz, 50 ans, et son frère Antoine, 42 ans, avaient été retrouvés tués par balles dans une voiture calcinée le long d'une voie TGV, à Pujaut dans le Gard. La piste du règlement de comptes entre rivaux pour l'emplacement de machines à sous avait été privilégiée par les enquêteurs qui étaient remontés, grâce à la téléphonie, à Laty-Reboul et Rouvière.


Les deux hommes, interpellés en 2003, étaient considérés comme les lieutenants d'un ancien parrain du Gard, Raymond Houlonne, qui a bénéficié d'un non-lieu dans ce dossier.
Lors du procès, les deux accusés, qui comparaissaient libres, avaient reconnu avoir été à proximité du lieu du crime mais avaient contesté toute participation.

Laty-Reboul affirmait avoir découvert la voiture en flamme et prévenu Rouvière alors que Marc Munoz qui avait un rendez vous avec une équipe de la pègre des Bouches-du-Rhône avait sollicité sa présence.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice faits divers enquêtes quiz