Cet article date de plus de 5 ans

Meurtre de Marseillan : la piste d'une vengeance familiale

L'enquête sur le meurtre d'un jeune gitan semble bouclée à Marseillan, dans l'Hérault. Trois personnes sont incacérées depuis jeudi soir : un homme, l'ex compagne de la victime et un pompier de Paris, âgé de 23 ans, qui a reconnu avoir tiré sur la victime à deux reprises. 
Un important dispositif de gendarmerie était toujours sur place dans la matinée de ce 14 février 2016
Un important dispositif de gendarmerie était toujours sur place dans la matinée de ce 14 février 2016 © Carine Alazet F3 LR
La victime, un homme de 23 ans, a été tué de deux balles dimanche matin, à Marseillan-plage.

Selon midilibre.fr, les enquêteurs penchent pour la piste de la vengeance familiale. La victime voulait récupérer son fils et il aurait menacé son ex-femme si elle ne le lui donnait pas. Ce serait donc l'ancienne belle famille qui a agit. Mais, pour l'heure, rien n'est confirmé.

Selon l'autopsie qui a eu lieu ce lundi matin à l'institut médico-légal de Montpellier, l'homme a été tué de deux balles de petit calibre dans le torse, une dans le coeur et l'autre dans un poumon. 

La victime a été tuée dans sa caravane devant sa nouvelle compagne, vers 5 heures du matin. Le drame s'est noué, rue de la Pinède, dans le quartier de Maldormir à Marseillan-plage où des gens du voyage se sont sédentarisés et habitent dans des maisons en dur ou bien des caravanes, entre la ligne de chemin de fer Montpellier-Béziers et l'étang de Thau.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers criminalité enquêtes justice société