A Montpellier, Nîmes et Perpignan, les douanes ont saisi près de 10 tonnes de tabac de contrebande en 2019

Pour lutter contre les trafics de tabac et de cigarettes de contrebande, la douane française renforce les contrôles. A Montpellier, dans l’Hérault, à Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales et Nîmes, dans le Gard, les contrôles et les saisies ont augmenté par rapport à 2018.

En France, les chiffres sont notables : en 2019, plus de 360 tonnes de tabac de contrebande ont été saisies, soit l’équivalent de 18 millions de paquets de cigarettes.

Sur les réseaux sociaux, Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics souligne "le succès des douaniers qui travaillent beaucoup et dans des conditions pas faciles, la nuit, aux frontières, dans les ports et les aéroports de notre pays".

Les bons chiffres de l’année 2019 (…) montrent l’efficacité, à la fois des moyens législateurs, car la loi nous permet d’intervenir plus fortement, mais aussi de nos moyens de renseignements.

 

Opérations à Montpellier et Perpignan

Les 3 et 4 février 2020, Montpellier, dans l’Hérault, et Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, étaient le théâtre de vastes opérations de contrôles de douanes. Des dizaines de douaniers, dont des équipes cynophiles spécialisées, des policiers nationaux et municipaux étaient mobilisés.

A Montpellier, les contrôles ont eu lieu dans plusieurs quartiers :
  • Facultés
  • Gambetta
  • Gare
  • Comédie
Au total, 18 sites et établissements ont été vérifiés, ce qui a permis aux douanes de saisir 80 paquets de cigarettes et 13,4 kilos de tabac.

A Perpignan, les contrôles ont eu lieu dans le centre-ville : 50 paquets de cigarettes et 5 kilos de tabac ont été saisis.

Gard, Pyrénées-Orientales et Hérault dans le viseur des douaniers

Le ministre de l’Action et des Comptes publics l’a annoncé : en France, les saisies ont augmenté de 49% en 2019.

En région Occitanie, plusieurs tonnes de cigarettes et de tabac ont été saisies dans les départements suivants : 
  • 9 tonnes dans les Pyrénées-Orientales,
  • 1,351 tonnes dans l'Hérault et le Gard 

Dans l'Hérault et le Gard, plusieurs lieux ont fait l'objet de contrôles :
  • l’agglomération et l’aéroport de Montpellier
  • le port de Sète
  • Béziers
  • Lunel
  • l’aéroport de Nîmes/Garons
  • Nîmes
  • Bagnols-sur-Cèze
  • Alès
Les saisies ont progressé de 53% par rapport à 2018.

Hausse des saisies : bonne nouvelle pour les buralistes

Les premières victimes du trafic de cigarettes et de tabac sont les buralistes. Plusieurs d’entre eux nous ont affirmé, anonymement, subir les conséquences de la vente illégale.
"Les résultats de ces saisies sont satisfaisants", confie un buraliste Montpelliérain.

Gérard Vidal, le président de la fédération des buralistes en Occitanie, est du même avis. "Le fait que les contrôles augmentent est rassurant".

Mais une ombre au tableau favorise le trafic de cigarettes : le prix. "Le paquet de cigarettes le plus vendu en France coûte 9 euros et 30 centimes. Dans quelques semaines, il augmentera de 50 centimes" ajoute Gérard Vidal.

Plus le paquet est cher et plus le consommateur veut s’approvisionner sur des réseaux moins chers ou interdits. Nous attendons que les pays voisins remontent le prix de leurs cigarettes. En attendant, à défaut de baisser le prix des nôtres, il faut dire stop à une nouvelle augmentation. La politique de santé ne doit pas s’appliquer qu’en France.

La France a perdu 10% de volume de ventes en 2019. Les buralistes les plus touchés se situent à proximité de la frontière espagnole.

Pourtant, plusieurs lois protègent le réseau des buralistes :
  • Interdiction de la vente de tabac à distance : seuls les buralistes et les revendeurs agréés, comme les discothèques, sont autorisés à en vendre (Loi du 30 décembre 2009)
  • Abaissement de 10 à 4 cartouches autorisées à l'importation depuis un autre état membre de l’Union Européenne
  • Doublement de l’amende pour les trafics frontaliers : de 1.000 à 5.000 euros contre 500 à 2.500 auparavant.
"Depuis quelques jours, les acheteurs de cigarettes de contrebande sont eux aussi pénalisés" ajoute Gérard Vidal. Si un acheteur est repéré en flagrant délit d’achat, il écopera de 135 euros d’amende.

Des composants différents ?

Certains clients m’ont déjà confié avoir acheté des cigarettes, à la sauvette. La plupart d’entre eux ne recommenceront pas ! Ils n’ont pas du tout aimé le goût,
confie le buraliste Montpelliérain.

Pourquoi un tel changement de goût ? Tout simplement parce que dans certains cas, les composants sont différents. "Quand on achète des cigarettes de contrebande, on ne sait pas sur quoi on tombe", affirme la direction régionale des douanes de Perpignan. Parfois, les cigarettes ont les mêmes composants que celles achetées dans le cadre légal, parfois pas.

C’est pour cette raison que le gouvernement a décidé de mettre en place un nouveau dispositif pour tracer les produits du tabac et ainsi, garantir leur authenticité.

Finie la contrefaçon ?

Depuis le 20 mai 2019, de nouveaux dispositifs permettent de tracer tous les paquets de cigarettes et de tabac à rouler fabriqués dans l’Union Européenne.

Une vignette est installée sur chacun de ces paquets : si elle est anormale, il s’agit alors d’une contrefaçon. Comment le vérifier ? A chaque contrôle, l’identifiant du paquet de cigarettes est vérifié par les douaniers grâce à une base de données à laquelle seuls les Etats membres de l’Union Européenne ont accès.

Pour le gouvernement, ces dispositifs sont "récents mais prometteurs" en ayant "permis la saisie par la douane de 2 tonnes de cigarettes ne respectant pas le dispositif de traçabilité".

Ce dispositif a vocation à être déployé au niveau international.