Occitanie : 20 ans après la tempête Martin, les prévisions météo ont-elles évolué ?

Il y a 20 ans jour pour jour, deux tempêtes Lothar et Martin frappaient la France. D’une violence inédite, elles dévastaient l’Hexagone tuant 92 personnes, dont 13 dans le Sud-Ouest. De quoi provoquer une véritable réflexion autour de l’information des populations.

En 1999, la tempête Martin touchait la Lozère, en Occitanie.
En 1999, la tempête Martin touchait la Lozère, en Occitanie. © France 3 / INA

Les 26 et 27 décembre 1999, deux tempêtes d’une violence inédite frappaient l’Occitanie. Lothar et Martin ont dévasté la France, faisant de nombreuses victimes, dont 13 dans le Sud-Ouest. 20 ans plus tard, les tempêtes de 1999 restent gravées dans la mémoire collective. Elles font encore partie des tempêtes les plus sévères que la France ait jamais connu. 

Le 26 décembre 1999, les bulletins météos régionaux faisaient bien mention de vents forts, mais sans que la population soit véritablement inquiétée. Sur le site de Météo France, Marie-Claire Baleste, cheffe prévisionniste au CNP Toulouse, témoigne. Elle était en service le jour où Martin a traversé le pays.

J'étais cheffe prévisionniste au Centre national de prévision à Toulouse. Je suis rentrée de vacances en Bretagne le 26 décembre. J'ai pris mon poste le 27 décembre au matin en sachant qu'une autre tempête arrivait. (...) 


Une tempête sous-estimée


La prévisionniste explique le déroulé de la situation.

Les modèles avaient sous-estimé le creusement de la dépression et ne parvenaient pas à prévoir correctement sa trajectoire. J'ai passé ma journée à rectifier la trajectoire de Martin, à partir des observations dont on pouvait disposer et des images satellite. Je prenais des feuilles de papier qui servaient autrefois à tracer des lignes isobariques sur des tables lumineuses pour pointer les positions successives de la tempête et rectifier sa trajectoire. Même au moment où la tempête arrivait au voisinage de la Bretagne, malgré la disponibilité de plusieurs observations au sol, le modèle n'arrivait pas à simuler correctement le tracé de la dépression. 

Deux ans après ces tempêtes d'une ampleur inédite, en 2001, Météo France lançait un dispositif d’anticipation des risques : un système de cartes de vigilance diffusé sur Internet et à la télévision. Ce modèle sera repris ensuite par de nombreux services météo en Europe et à l’international.


Et si Martin avait eu lieu en 2019 ?


Si Martin avait eu lieu aujourd’hui, 35 départements dont une partie de l’ex Languedoc-Roussillon et l’Andorre auraient été placés en vigilance rouge, 16 en orange.
   

Les prévisionnistes sont formels, 2019 n’a rien avoir avec 1999, en termes de diffusion, mais aussi en termes de prévision numérique : les modèles se sont améliorés. Avec les méthodes actuelles, Météo France aurait pu prévoir ces tempêtes au moins 36 heures plus tôt.
 

La prochaine étape, prévue au plus tard en 2021, ce sont des prévisions "infra départementales" où l’objectif, est de préciser encore davantage les prévisions à l’intérieur des départements.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets