Catalogne : Carles Puigdemont devant la justice allemande avant une éventuelle incarcération

Neumunster(Allemagne) - le convoi policier de Carles Puigdemont arrive au centre de détention - 26 mars 2018. / © CARSTEN REHDER / DPA / AFP
Neumunster(Allemagne) - le convoi policier de Carles Puigdemont arrive au centre de détention - 26 mars 2018. / © CARSTEN REHDER / DPA / AFP

Le chef indépendantiste catalan Carles Puigdemont doit comparaître ce lundi devant un juge en Allemagne après son arrestation. Un rendez-vous qui marque le début d'une procédure en vue d'une éventuelle incarcération et d'une remise à l'Espagne qui l'accuse de "rébellion".

Par FD avec afp

Il est détenu, selon l'agence allemande DPA, dans la prison de Neumünster, ville du nord de l'Allemagne où il doit comparaître afin d'établir son identité et de décider d'un maintien ou non en détention.
La comparution "doit avoir lui dans la journée, a priori l'après-midi", a dit à l'AFP Wiebke Hoffelner, une porte-parole du parquet de Neumünster. Ce n'est que dans les jours ou semaines à venir que la justice allemande aura à trancher si M. Puigdemont, qui risque jusqu'à 30 ans de prison en Espagne, sera remis ou non à Madrid. La procédure peut durer 60 jours.

On saura "entre aujourd'hui et demain" si Carles Puigdemont sera écroué en attendant l'examen du mandat d'arrêt européen sur la base duquel il a été arrêté, a indiqué pour sa part son avocat en Espagne, Jaume Alonso-Cuevillas à la radio catalane Rac1.

Arrestation de Carles Puigdemont en Allemagne : Explications de Pierre Becque - Avocat à Perpignan
Pierre Becque - Avocat Perpignan. Invité du 12/13 Languedoc-Roussillon. - F3 LR - Extrait du JT 12/13 Languedoc-Roussillon du 26 mars 2018.

Son arrestation a entraîné des affrontements entre des milliers de militants indépendantistes catalans et la police dimanche à Barcelone.

Catalogne : arrestation de Puigdemont en Allemagne et manifestation à Barcelone
Le chef indépendantiste catalan Carles Puigdemont doit comparaître ce lundi devant un juge en Allemagne après son arrestation. Un rendez-vous qui marque le début d'une procédure en vue d'une éventuelle incarcération et d'une remise à l'Espagne qui l'accuse de "rébellion". - F3 LR - Récit : A.Chéron

Optimiste prudent


Evoquant une situation "délicate" et se disant "prudent", l'avocat de M. Puigdemont a néanmoins fait état de "beaucoup d'éléments qui incitent à l'optimisme".
Le Catalan est inculpé de "rébellion" mais il s'agit d'un chef d'accusation controversé, car il suppose un "soulèvement violent" qui, selon des juristes, ne s'est jamais produit.

Elsa Artadi, une députée de son parti a annoncé sur twitter que Carles Puigdemont s'opposerait à son extradition car "l'Espagne ne garantit pas un procès équitable, seulement la vengeance et la répression".


La justice allemande aura elle à trancher si un délit similaire existe en droit allemand pour que sa remise à Madrid puisse avoir lieu. Selon des médias allemands, un crime approchant pourrait être la "haute trahison".

Carles Puigdemont a été interpellé par les policiers du Land de Schleswig-Holstein alors qu'il venait du Danemark voisin en voiture pour rejoindre la Belgique, où l'ex-président catalan s'était réfugié après l'échec de la sécession l'automne dernier.
Les forces de l'ordre allemandes ont probablement été alertées par le renseignement espagnol qui filait la figure de proue de l'indépendantisme catalan depuis la Finlande où il avait participé à une conférence.

Les policiers allemands agissaient en vertu d'un mandat d'arrêt européen réactivé vendredi par un juge de la Cour suprême espagnole Pablo Llarena.
Ce dernier avait décidé de poursuites pour "rébellion" contre 13 dirigeants séparatistes, et pour "désobéissance" de 12 autres, une infraction moins grave.
De fait, la justice espagnole a ainsi porté un nouveau coup au mouvement indépendantiste catalan. Outre les déboires de M. Puigdemont, le candidat à la présidence de la région, Jordi Turull a été incarcéré, privant son camp de leur 3e candidat à la tête de l'exécutif catalan.
Une autre cheffe indépendantiste exilée, Clara Ponsati, a elle indiqué "prendre des dispositions" pour se "livrer" aux autorités en Ecosse.

Catalogne : Carles Puigdemont devant la justice allemande avant une éventuelle incarcération, manifestation à Gérone
Le chef indépendantiste catalan Carles Puigdemont doit comparaître ce lundi devant un juge en Allemagne après son arrestation. Un rendez-vous qui marque le début d'une procédure en vue d'une éventuelle incarcération et d'une remise à l'Espagne qui l'accuse de "rébellion". Mobilisation à Gérone. - F3 LR - Reportage : A.Richard et J.Lopez

Appel au calme


La Catalogne est donc plongée dans l'impasse politique, les indépendantistes ont pourtant conservé la majorité absolue au parlement catalan après les élections du 21 décembre.
S'ils n'arrivent pas à faire élire un président avant le 22 mai, de nouvelles élections seront automatiquement convoquées. Et tant qu'elle n'aura pas de président et de gouvernement, la Catalogne restera sous la tutelle de Madrid, imposée après la déclaration d'indépendance.

L'arrestation surprise de Puigdemont a conduit par ailleurs dimanche des milliers d'indépendantistes dans la rue, notamment à Barcelone où les manifestants, à l'appel d'un groupe radical, les Comités de défense de la République (CDR), ont tenté d'approcher de la préfecture. Les policiers catalans les ont repoussés à coups de matraque et en tirant en l'air.

Selon les services de secours, 90 personnes ont été blessées légèrement à Barcelone, dont 22 policiers. Auparavant, les secours avait fait état de sept personnes blessées dans la ville de Lleida, à 150 km à l'ouest, et d'un blessé à Tarragone, plus au sud.

Le président du parlement catalan, Roger Torrent, a lui lancé un appel au calme à la télévision régionale. "Je n'ai aucun doute que la société catalane agira comme elle l'a toujours fait, par la non-violence", a-t-il déclaré.


A lire aussi

Sur le même sujet

Aude : la pyrale du buis cause de nombreux dégâts

Les + Lus