• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Drame de Millas : selon une nouvelle expertise, les somnifères ne seraient pas en cause

Un an après la collision entre un car scolaire et un train à un passage à niveau à Millas (Pyrénées-Orientales) provoquant la mort de six collégiens, plusieurs éléments de l'enquête mettent en cause la conductrice, malgré ses dénégations répétées. / © RAYMOND ROIG / AFP
Un an après la collision entre un car scolaire et un train à un passage à niveau à Millas (Pyrénées-Orientales) provoquant la mort de six collégiens, plusieurs éléments de l'enquête mettent en cause la conductrice, malgré ses dénégations répétées. / © RAYMOND ROIG / AFP

Le zopiclone, un traitement contre l'insomnie que la conductrice prenait depuis 7 ans n'aurait pas eu d'effet sur sa conduite au moment de l'accident qui a coûté la vie à six adolescents.

Par Josette Sanna

L'enquête se poursuit sur les circonstances de l'accident de Millas qui a coûté la vie à 6 adolescents le 14 décembre 2017.
Un an tout juste après le drame, une expertise médicale semble écarter l'incidence de la prise de somnifères sur l'état de la conductrice du bus.

Selon un médecin expert, "le Zopiclone n'a pas pu agir ou intervenir sur l'appareil ORL de la conductrice et contribuer à la survenue de l'accident du 14 décembre 2017.

En effet, la prise de zopiclone à 20 h le soir ne peut pas altérer ses fonctions à 16 h le lendemain, heure de l'accident.

Me  Jehanne Collard l'avocate de trois familles des victimes a présenté à plusieurs reprises cette prise de médicament comme un élément important dans la survenue de l'accident. Ce que contredit donc cette nouvelle expertise.

L'avocat  de la conductrice du car, Me Jean Codognès, n'a pas souhaité s'exprimer estimant que cette expertise ne fait que confirmer ce qu'il affirme depuis un an : sa cliente était pleinement en état de conduire au moment de l'accident.

La quadragénaire, "dévastée" par la mort de six des 23 collégiens qu'elle transportait, avait été mise en examen moins d'une semaine après l'accident survenu le 14 décembre 2017 pour homicides et blessures involontaires par imprudence.

 Par ailleurs, les conclusions d'expertises ne montrent aucun dysfonctionnement du passage à niveau.

"Les avertisseurs sonores et lumineux étaient en état de fonctionnement" a indiqué le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux, peu avant la commémoration du drame, la semaine dernière. 

Expertise en accidentologie

Une expertise en accidentologie a récemment montré que la conductrice du car avait freiné brutalement après une phase d'accélération et que l'origine de l'accident provenait d'un freinage tardif de la conductrice. "L'analyse de son téléphone portable a néanmoins permis d'écarter toute utilisation de l'appareil avant l'accident", a précisé le procureur. 

Interrogée à trois reprises, elle soutient que "les barrières du passage à niveau étaient levées". "Elle n'a pas changé, elle maintient ses déclarations", avait indiqué à l'AFP son avocat, Me Jean Codognès, qui précise que sa cliente est "toujours suivie par un psychiatre".
 
"Une remise en situation générale programmée dans les prochains mois sur le lieu de l'accident" devrait permettre aux experts d'en savoir encore davantage, précise Xavier Tarabeux, alors que la conductrice maintient la même version depuis le début de l'enquête. 
 
Drame de Millas : pour les experts, le somnifère pris par la conductrice du car scolaire n'a pas altéré ses facultés lors de l'accident
Un an après la collision entre un train et un car scolaire, l'enquête se poursuit. Une nouvelle expertise médicale dément toute incidence du somnifère pris par la conductrice sur ses facultés au moment de l'accident. Images d'archives. - F3 Pays Catalan - Aude Chéron

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Nîmes : les agriculteurs se mobilisent contre le matraquage fiscal

Les + Lus