Cour d'appel de Perpignan : Tony Maton, condamné à perpétuité pour l'assassinat du petit Kenzo, 23 mois victime de coups, morsures et brûlures, est rejugé

Publié le
Écrit par Bérénice Del Tatto
La cour d'assises des Pyrénées-Orientales, à Perpignan.
La cour d'assises des Pyrénées-Orientales, à Perpignan. © FTV

En octobre 2020, Tony Maton a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir, à Lunel (Hérault) tué Kenzo, le fils de sa compagne, condamnée elle à 30 ans de réclusion et qui n'a pas fait appel. Le procès en appel s'ouvre aujourd'hui à Perpignan. Le rapport d'autopsie révèle des coups, des morsures et des brûlures.

Ce lundi 15 novembre, à la cour d'assises des Pyrénées-Orientales, débute le procès en appel de Tony Maton. L'homme est accusé d'avoir battu à mort le fils de sa compagne, Kenzo, dans un hôtel de Lunel (Hérault).

Les faits remontent au 14 février 2017. Le petit garçon de 23 mois a subi une succession d'horreur. Le rapport d'autopsie révèle des coups, des morsures et des brûlures. Ce sont les pompiers qui ont retrouvé le corps inanimé de l'enfant dans la chambre d'hôtel. 

Tony Maton, 35 ans originaire de l'Hérault, fait appel aujourd'hui de sa condamnation à la perpétuité.

Premier procès : 30 ans de réclusion pour la mère 

Lors du premier procès d'octobre 2020, à Montpellier, Angelina Seine, 23 ans, écope de 30 ans de réclusion. La jeune femme, originaire du Gard, a été jugée pour complicité de torture ou acte de barbarie sur un mineur par un ascendant, non dénonciation de mauvais traitements, privations, agressions ou atteintes sexuelles, non dénonciation de crime, non assistance à personne en danger et violences habituelles sur un mineur.

Car les violences sur Kenzo commencent quelques mois avant sa mort. Lors du premier procès, l'avocat général évoque une vidéo datant du 15 décembre 2016. On y voit le bébé nu sur le sol et Tony Maton, au volant de sa voiture qui feint de l'écraser. La mère filme.

Deuxième procès jusqu'au 19 novembre

Lors du procès en 2020, Tony Maton avait assuré n'avoir rien vu ni entendu. Pourtant, il est accusé de meurtre, torture ou acte de barbarie sur un mineur par une personne ayant autorité et récidive de violences habituelles. Les antécédents sont éloquents : Tony Maton aurait brûlé le pouce de l'enfant au 3è degré avec un briquet quelques semaines avant sa mort.

La cour d'appel de Perpignan rendra son arrêt au sujet de Tony Maton ce vendredi 19 novembre. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.