Agression du député LREM Romain Grau à Perpignan : 3 individus interpellés et placés en garde à vue

Publié le Mis à jour le

L'affaire et les 3 plaintes ont été diligentées rapidement. Elles font suite aux agressions subies samedi dernier à Perpignan, lors de la manifestation contre le pass vaccinal, par Romain Grau, député LREM des Pyrénées-Orientales, un conseiller du ministre de la Justice et un homme venu à leur secours. 3 personnes sont en garde à vue.

Selon les informations de France 3 Occitanie, 3 suspects ont été arrêtés par la police dans les dernières heures à Perpignan. 2 sont déjà connus des forces de l'ordre pour des violences et agressions. Le 3e homme semble avoir été mis hors de cause depuis.

2 sont donc toujours en garde à vue.

Une information que devrait confirmer Eric Dupond-Moretti, le ministre de la Justice, il est en visite cet après-midi à Perpignan.

C'est grâce au travail des enquêteurs de la police judiciaire, aux vidéos postées sur les réseaux sociaux et au visionnage des images des caméras de vidéoprotection de la ville que les auteurs présumés des faits ont été rapidement identifiés.

Romain Grau agressé lors de la manifestation contre le pass vaccinal

Le député LREM des Pyrénées-Orientales, Romain Grau, ainsi qu'un conseiller parlementaire du ministre de la Justice et un des voisins du parlementaire, ont été "violemment" pris à partie samedi à Perpignan par des manifestants contre le pass sanitaire. Ils ont "attaqué" sa permanence.

"Je travaillais avec Guillem Gervilla, conseiller parlementaire d'Eric Dupond-Moretti, quand d'un seul coup on a entendu une horde de personnes se diriger vers la permanence puis taper sur les vitres", a affirmé Romain Grau, estimant leur nombre à plus de 250. "Nous sommes sortis leur parler et là, nous avons été pris à partie très violemment. Ils voulaient clairement nous faire craquer avec des insultes assez lourdes".

Les 3 victimes ont porté plainte.

Le ministère de l'Intérieur a dénombré samedi dernier près de 38.000 manifestants dans toute la France contre le pass vaccinal, c'était deux jours avant son entrée en vigueur.