Hélicoptère, drones, caméra thermique et chien renifleur : un homme retrouvé sain et sauf dans les Pyrénées-Orientales

Un homme âgé de 69 ans, disparu depuis mardi à Reynès, dans les Pyrénées-Orientales, alors qu'il était parti se promener, a été retrouvé sain et sauf à l'issue de 24 heures de recherches de la gendarmerie, aidée d'une cinquantaine de bénévoles.

Un ancien pompier de 69 ans, résidant à Reynès dans les Pyrénées-Orientales, a été retrouvé sain et sauf après 24 heures de recherches. Parti se promener mardi avec ses deux chiens, comme il le faisait souvent, Jean-Jacques Blanch n'était pas rentré chez lui.

Il avait quitté son domicile à 14 heures 30. Quelques heures plus tard, ne le voyant pas revenir, sa famille avait alerté la gendarmerie, qui avait alors lancé un appel à témoins sur sa page Facebook.

Lancé pour "disparition inquiétante", l'appel décrivait Jean-Jacques Blanch mesurant 1m70, de "corpulence normale", avec des "cheveux blancs grisonnants clairsemés sur le crâne" et une "moustache large et épaisse".

Les gendarmes indiquaient également que l'homme portait un "jean et [une] veste bleue à capuche noire, type randonnée" au moment de son départ du domicile.

D'importants moyens mobilisés

Dès l'alerte donnée par la famille, la gendarmerie a mobilisé d'importants moyens humains pour tenter de retrouver l'ancien pompier, malgré la nuit tombée. "On a envoyé plusieurs patrouilles, qu'on a allégées à partir de 4 heures du matin tout en laissant des effectifs sur le terrain. Un hélicoptère de gendarmerie avec caméra thermique a aussi survolé la zone, dans un rayon de plusieurs kilomètres autour du domicile", détaille la commandante Céline Thomas, officier de communication à la gendarmerie des Pyrénées-Orientales.

Un "chien piste" du groupement des Pyrénées-Orientales a aussi été envoyé sur zone, mais "il n'a pas pu remonter de piste, les conditions n'étant pas optimales, avec beaucoup d'humidité et de froid", ajoute la commandante.

On dépêche un maximum de moyens depuis hier soir, on espère le retrouver.

Céline Thomas, commandante et officier de communication à la gendarmerie des Pyrénées-Orientales

Mercredi 6 mars au matin, les recherches se poursuivaient avec de nouveaux moyens mobilisés : "On va réactiver l'hélicoptère en début d'après-midi, deux drones sont déployés, et un chien Saint-Hubert, avec encore plus de flair qu'un malinois, arrive de Nîmes, ajoute Céline Thomas. On a aussi engagé des patrouilles du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et du groupe montagne gendarmerie (GMG), qui sont formés pour pouvoir intervenir en terrain périlleux."

De nombreux volontaires se sont manifestés

Aux côtés des forces de l'ordre mobilisées sur le terrain - "comme on le fait pour chaque disparition inquiétante", précise la gendarme -, cinquante bénévoles se sont également portées volontaires pour participer aux recherches. La disparition de ce Reynésien a en effet provoqué "un certain émoi", constate la commandante Céline Thomas, sans pour autant pouvoir l'expliquer.

L'appel à témoins a été partagé plus de 4 000 fois sur Facebook, et un message a même dû être ajouté mercredi matin, afin de donner des consignes aux personnes voulant aider sur le terrain. "Si vous souhaitez apporter votre concours : bien vouloir se rapprocher des gendarmes se trouvant au PC situé au niveau de l'Algeco à côté du city stade, sous la zone de commerces boulangerie/pharmacie de Reynès", peut-on maintenant lire sur le post de la gendarmerie.

Le soulagement des sauveteurs et des proches

Dans l'après-midi, un nouveau message est donc venu apporter la bonne nouvelle.

Ce sont plus de 40 gendarmes qui ont été engagés, 25 pompiers, sept CRS montagne, 30 agents des RISC, 50 bénévoles famille comprise, des élus... Merci à tous pour votre aide précieuse !!!!

Gendarmerie des Pyrénées-Orientales

Facebook

Le sexagénaire se trouvait à ce moment-là "au contact des gendarmes et des pompiers".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité