Une grande battue aux sangliers organisée entre Perpignan et Canet ce 23 décembre

La battue a lieu sur les berges de la Têt. / © France 3 Occitanie / Alain Sabatier
La battue a lieu sur les berges de la Têt. / © France 3 Occitanie / Alain Sabatier

150 chasseurs, 10 louvetiers et une quinzaine de meutes de chiens se sont réunis ce lundi 23 décembre pour entamer une grande battue aux sangliers entre Perpignan et Canet.

Par Léa Bouquet

150 chasseurs et 10 louvetiers, accompagnés d'une soixantaine de chiens, se sont donné rendez-vous ce lundi 23 décembre sur les berges de la Têt, entre Perpignan et Canet, pour une grande battue aux sangliers

L'opération a débuté à 8h30, après un rappel des consignes de sécurité. Celle-ci devrait se clôturer aux alentours de 12h. La circulation sur la voie rapide qui relie Perpignan à Canet a été interrompue à 7h et rétablie à 16h.

"La circulation sera rétablie bien après la fin de la battue, car il y a toujours un risque que des animaux blessés traversent la route", commente Gilles Tibié, directeur de la fédération départementale des chasseurs des Pyrénées-Orientales.

 

Les sangliers, un problème récurrent dans le département


Il est difficile d'estimer la population de sangliers dans les Pyrénées-Orientales. "La seule chose que je peux vous dire, c'est qu'il se tue environ 12 000 sangliers chaque année rien que sur le département", notifie Gilles Tibié. 

La battue du jour a pour but de lutter contre l'invasion des sangliers dans les maraîchages et à proximité des habitations.
 

"Les animaux y trouvent de quoi manger et boire, ce qui fait qu'ils se reproduisent très vite", poursuit le directeur de la fédération départementale de chasse. "Le week-end du 14 au 15 décembre, on a appris que 8 accidents de la route avaient été causés par des sangliers, présents en zone périurbaine."


Lors de cette intervention, les chasseurs sont encadrés par des louvetiers, qui représentent l'Etat. "C'est une situation délicate de chasser proche des maisons, c'est pourquoi nous sommes encadrés par des louvetiers. Cela nous permet d'intervenir en toute sécurité et surtout dans la légalité", ajoute Gilles Tibié.

Pour la fédération de chasse des Pyrénées-Orientales, cette grande opération est absolument nécessaire pour des raisons de "sécurité publique". 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus