Le concours Miss Roussillon maintenu “quoi qu'il en soit”, après la disparition d'Allison

Allison Benitez 19 ans - photo prise durant la préparation du concours Miss Roussillon - 2 juin 2013. / © AFP PHOTO / ALEXANDRE DURAND
Allison Benitez 19 ans - photo prise durant la préparation du concours Miss Roussillon - 2 juin 2013. / © AFP PHOTO / ALEXANDRE DURAND

Les organisateurs du concours Miss Roussillon, tremplin vers la couronne de Miss France, ne voient aucune raison d'annuler l'élection prévue dimanche, au Barcarès, malgré l'émotion suscitée par la disparition d'une des candidates, Allison Benitez.

Par Fabrice Dubault


Le concours programmé, dimanche, sur les bords de la Méditerranée, au Barcarès dans les Pyrénées-Orientales, non loin de Perpignan où Allison a disparu avec sa mère, "est maintenu quoi qu'il en soit. Il n'y a pas de souci à ce niveau là", assure à l'AFP Thierry Mazars, délégué de la société Miss France pour le Languedoc et le Roussillon et organisateur du concours.
"On ne va pas suspendre le concours alors qu'il y a une municipalité qui est engagée, des frais qui sont engagés. On travaille dessus depuis trois ou quatre mois. C'est compliqué de reporter un concours", répond-il quand on lui demande si la disparition d'Allison justifie ou non un report.

L'atmosphère ne risque-t-elle pas d'être pesante, quand les jeunes femmes monteront à 21H00 sur le podium en front de mer, dans une station balnéaire envahie par les touristes ? "Les gens vont y penser peut-être. Regardez Koh-Lanta: il y a eu des suicides et pourtant ils refont Koh-Lanta. Ça n'a rien à voir bien sûr, mais la vie continue quoiqu'il en soit. Des disparitions, il y en a tous les ans", ajoute-t-il.
TF1 vient d'annoncer la reprise des tournages de Koh-Lanta, l'un de ses plus gros succès, malgré l'émoi causé par la mort d'un participant en mars et l'ouverture récente d'une information judiciaire pour homicide involontaire.
TF1, qui attire chaque année des millions de téléspectateurs avec la retransmission de l'élection de Miss France, est partenaire du concours Miss Roussillon.

Le droit de rêver

La future Miss Roussillon gagnera le droit de rêver devenir Miss France 2014 le 7 décembre à Dijon et en direct sur TF1.
Selon ses proches, c'était aussi le rêve d'Allison Benitez. A en croire l'une des organisatrices, Cindy Filipiak, elle "était la plus motivée des candidates", ce qui rend d'autant plus improbable qu'elle ait décidé de disparaître volontairement.
Allison, première dauphine de Miss Conflent en mars, a participé à la première réunion préparatoire au concours de beauté le 14 juillet. On lui a remis une fiche d'inscription à retourner. Elle a donné rendez-vous pour le lendemain, mais n'a plus donné signe de vie depuis.
Du coup, elle ne fait plus partie des candidates. "Il faut préciser quand même quelque chose d'important: c'est que la jeune fille qui a disparu (...) ne fait pas partie du concours Miss Roussillon, contrairement à ce que toute la presse a dit, parce qu'on n'a jamais reçu son retour de candidature", dit M. Mazars.

Sur le site internet de l'organisation, une page est dédiée au vote des internautes, purement consultatif. Allison, candidate numéro 2, a été retirée de la consultation: "ça ne servait à rien de laisser les gens voter pour une personne qui de toute façon ne serait pas là" puisqu'elle n'est pas inscrite.
La page d'accueil stipule qu'Allison n'est pas candidate, sans désespérer de recevoir son inscription. Elle invite toute personne ayant des informations sur sa disparition à appeler la police.

Une psy pour les candidates

Conscient des circonstances tragiques qui entourent l'élection de Miss Roussillon, M. Mazars dit faire tout son possible pour que "ça se passe bien".
Une psychologue a été mise à la disposition des onze candidates à partir de samedi, début des répétitions sur le podium. Une équipe de sécurité sera chargée de les protéger des médias jusqu'au concours. Le coiffeur habituel des Miss du département, Loïc Blanchon, estime lui aussi que le maintien du concours est "une bonne chose".
"Les filles se décarcassent depuis un an pour certaines à tenir leur rôle pour cette élection", dit M. Blanchon, qui connaît la plupart des candidates, ainsi qu'Allison et son père dont il assure qu'il n'était "pas le genre à faire du mal à sa fille ou à sa mère".

Sur le même sujet

Les + Lus