Depuis la mort de Shana Fourastié, 14 ans, en octobre 2021 après une chute dans une cuve en béton à Banyuls-dels-Aspres dans les Pyrénées-Orientales, sa mère, convaincue qu'il ne s'agit pas d'un accident a participé mercredi 28 mai à l'émission "Appel à témoins" sur M6. De nouveaux témoignages pourraient relancer l'enquête

Épuisée et confiante. Au lendemain d'une émission de télévision éprouvante, mais nécessaire à la manifestation de la vérité, Géraldine Blanc Fourastié n'en démord pas : la mort de Shana, sa fille n'est pas accidentelle. 

Ma fille est tombée dans un guet-apens.

Géraldine Blanc Fourastié, mère de Shana

Le 28 octobre 2021, sa fille Shana, 14 ans et demi, part chez une amie pour une soirée pyjama. Peu après 22h30, les gendarmes l'appellent pour lui annoncer que l'adolescente a fait une chute de 10 mètres dans une cave viticole désaffectée. Elle s'y était rendue avec trois autres jeunes filles âgées de 16 à 17 ans. Shana décédera quelques heures plus tard à l'hôpital de Perpignan.

Menaces de mort

"Je sais que Shana n’est pas tombée toute seule", martèle Géraldine Blanc Fourastié. Des menaces de mort proférées par une jeune fille contre quiconque s’approcherait de son petit ami ont été évoquées lors de l'émission "Appel à témoins". Ce jeune homme appréciait Shana. "Pour moi, [sa petite amie] c'est la principale suspecte. 

Shana est morte pour une histoire de jalousie.

Géraldine Blanc Fourastié, mère de Shana

"Cette jeune fille avait une haine immense contre ma fille d’après ce que j’ai pu entendre de part et d’autre et de la part des amis de Shana." Shana se serait rendue chez cette jeune fille qu'elle détestait. Impossible selon sa mère.

Mensonge ?

La jeune fille et ses amies, âgées entre 16 et 17 ans, n'auraient été entendues que brièvement au début de l’enquête. 

"Je me dis qu’un jour une personne aura un peu de cœur et commencera à parler. Ils ont détruit toute une famille et une jeune fille adorable qui ne faisait de mal à personne". 

Sur le plateau, une personne a appelé en affirmant que les jeunes filles qui étaient avec la victime le soir du drame lui auraient demandé de mentir. "Des jeunes commencent à parler. Il faut qu’ils arrêtent d’avoir peur". 

Enquête bâclée ?

Le téléphone retrouvé intact quelques jours après alors qu'elle était censée être tombée avec, le visage de la jeune fille sans aucune marque alors qu'elle serait tombée la tête la première... La mère de famille pointe les incohérences et fustige l'attitude des gendarmes qui auraient selon elle conclu trop rapidement à un accident.

"J’en veux aux gendarmes. Le téléphone qui disparaît, réapparaît deux jours plus tard et a été déplacé alors que ma fille n’est plus de ce monde. Pourquoi n’avoir pas réagi ?", s'interroge la mère de famille qui poursuit : "Quand j'ai demandé à allumer son téléphone, ils ont répondu que ce n’était pas possible car ils n’avaient pas de chargeur." Or, il suffisait d’ouvrir le sac de sa fille pour en trouver un. "Ils ont dit que ma fille avait prévu de dormir dans la cave alors qu’elle était partie avec ses affaires de toilette, son lisseur à cheveux, son maquillage... Et puis, ma fille était très peureuse. Elle ne serait jamais allée là-haut de nuit".

Dans le sac de Shana, il y avait aussi son livre de poche : "La vie devant soi".

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité