• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Maltraitance animale : un an de prison ferme pour avoir tué un chat à St Estève

Ce jeudi 2 juin 2016, les tenants de la cause animale ont affiché leur satisfaction. L'homme qui a tué la chatte Véga à coups de pieds a été condamné à 1 an de prison ferme par le tribunal correctionnel de Perpignan. / © F3LR
Ce jeudi 2 juin 2016, les tenants de la cause animale ont affiché leur satisfaction. L'homme qui a tué la chatte Véga à coups de pieds a été condamné à 1 an de prison ferme par le tribunal correctionnel de Perpignan. / © F3LR

Le tribunal correctionnel de Perpignan dans les Pyrénées-Orientales, a condamné à un an de prison ferme un homme d'une trentaine d'années. En octobre 2015, il avait frappé à coups de pieds et de poings Véga une chatte de 14 ans seulement coupable de passer par là.

Par Carine Alazet

L'homme a passé ses nerfs sur une vieille chatte qui passait à sa portée. Véga, 14 ans, est morte de ses blessures quelques jours plus tard.

Toute la scène a été filmée par les caméras de surveillance de la ville de St Estève, près de Perpignan, où les faits se sont déroulés.


Son tortionnaire a été condamné ce jeudi 2 juin par le tribunal correctionnel de Perpignan à un an de prison ferme. Pour la plus grande satisfaction des défenseurs de la cause animale venus nombreux assister au jugement.

Une loi récente reconnaît la souffrance animale et permet ainsi de condamner les actes de maltraitance. Ainsi, depuis le début de 2015, les animaux ne sont plus des « biens meubles » mais des « êtres vivants doués de sensibilité ».

Si vous êtes témoin de maltraitance animale, vous pouvez vous adresser à des associations de protection des animaux. Elles vous indiqueront la marche à suivre.

Le compte-rendu de l'audience avec Olivier Meyer et Joan Lopez à Perpignan : 

Un an de prison ferme pour avoir tué un chat
A St Estève, près de Perpignan, un homme a passé ses nerfs sur une chatte qui passait par là. Véga est morte des suites de ses blessures. L'homme a été condamné à un an de prison ferme par les juges du tribunal correctionnel de Perpignan. - F3 Pays Catalan - O.Meyer




A lire aussi

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus