Perpignan : l'association USAP visée par une enquête judiciaire, la mairie suspend sa subvention

Perpignan - le stade Aimé Giral, le bastion de l'USAP - 2019. / © F3 LR
Perpignan - le stade Aimé Giral, le bastion de l'USAP - 2019. / © F3 LR

Rififi à l'USAP de Perpignan. Une enquête judiciaire est ouverte depuis quelques jours pour comprendre des virements bancaires suspects entre les comptes de l'association qui gère la partie amateur du club de rugby catalan et ceux du président. Des dirigeants ont été entendus par la police.

Par Fabrice Dubault avec Marc Tamon


A l'USAP, l'association sportive est dans la tourmente depuis la révélation de l'ouverture d'une enquête judiciaire par le quotidien l'Indépendant, en fin de semaine dernière.
La police judiciaire de Perpignan s'intéresse aux comptes de la structure amateur après un signalement par Tracfin, l’organisme du ministère de finances chargé de la lutte contre le blanchiment d’argent.

Elle vise son président Bernard Llaona. Des soupçons portent en effet sur des mouvements bancaires suspects entre les comptes de ce dernier et ceux de l'association USAP, qui gère la partie amateur du club, de l'école de rugby jusqu'aux espoirs du centre de formation.

D'ores et déjà, les politiques réagissent et suspendent toute nouvelle subvention, c'est le cas à la mairie de Perpignan et au Conseil départemental des Pyrénées-Orientales.
 

Si certains dans l'équipe dirigeante de l'association USAP ont failli, il faut que la structure trouve une nouvelle équipe. Et alors, c'est cette nouvelle équipe que nous pourrons accompagner" déclare Hermeline Malherbe, présidente (PS) du Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales.

 

A partir du moment où il y a une enquête, car des gens ont été entendus et interrogés vendredi, je ne peux pas de dessaisir de fonds publics en faveur de cette association sans avoir une transparence totale. Il faut régler tout très rapidement car cela atteint l'image de marque du club catalan qui est un bien commun" affirme Jean-Marc Pujol, maire (LR) de Perpignan.


Contacté par France 3, Bernard Llaona, le président de l'association USAP, refuse pour l'instant de s'exprimer sur cette délicate affaire.
 

Sur le même sujet

Les “gilets jaunes” d’Alès ont de nouveau investi la rocade

Les + Lus