Perpignan : le bio a le vent en poupe pendant le confinement

Crise sanitaire oblige, on déjeune et dîne à la maison. Les produits bios s'invitent de plus en plus dans les cuisines. À Bages, une usine de transformation de fruits et légumes bios connait une croissance de + 20 % en cette période de confinement. 
Ramassage de tomates bio
Ramassage de tomates bio © Pro Sain
 Cette conserverie de Bages produit plats cuisinés, compotes ou confitures à partir de fruits et légumes bios. Des aliments dont les ventes en magasins spécialisés ont été dopées par les mesures de confinement . Comme si à la maison, lorsqu'on cuisine, on privilégie les produits de qualité.

" Les consommateurs se sont repliés sur une consommation à la maison, au lieu d'aller déjeuner sur leur lieu de travail ou dans les restaurations collectives ou simplement dans les restaurants, " explique Thierry Dunard, responsable de production Pro Sain. " Nous avons profité de ce phénomène. " 
 

C'est l'un des rares secteurs pour lequel 2020 affichera un bilan positif  ! La société s'attend à une croissance de 20 % des ventes cette année. Un bon résultat pour ce pionnier de la transformation en bio, implanté depuis 1968 dans le département des Pyrénées-Orientales. 

" Ces dernières années, on avait une croissance entre 5 et 10 % . La vocation de l'entreprise, c'est de continuer à faire des produits de qualité, d'être transparent pour ses consommateurs et d'avoir une production locale, " explique Genviève Giaconne, directrice du site. 
 

On sent cette volonté des consommateurs d'aller vers le bio.

Geneviève Giacone, directrice du site.

 

Production locale 


En 2018, l'entreprise a donc décidé d'investir dans des cultures à Argelès-sur-Mer. Douze hectares en biodynamie qui ont donné leurs premières récoltes en aromates et en légumes.

"  Une partie des objectifs est de fournir l'usine Pro Sain, mais seulement en partie, car les volumes ne seront jamais assez important pour fournir l'usine. Par contre, nous avons également l'objectif de développer des techniques environnementales, que ce soit l'agroforesterie ou les essais sur les variétés anciennes." détaille Sébastien Riquart, régisseur Terra d'Estrelles.

En usine, les effets du reconfinnement se font déjà ressentir. Ici on parle pas de chomage partiel, au contraire, l'entreprise a dû réorganiser l'activité de ses 60 salariés pour répondre à la demande.. Elle espère clôre l'année avec une production de 600 tonnes de plus qu'en 2019.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture bio agriculture économie