Saleilles : le tribunal administratif ordonne à la préfecture des P.O d'évacuer un campement de gens du voyage

80 à 90 caravanes ont élu domicile illégalement à Saleilles. / © France 3 Occitanie
80 à 90 caravanes ont élu domicile illégalement à Saleilles. / © France 3 Occitanie

A Saleilles, dans les Pyrénées-Orientales, un campement sauvage de gens du voyages fait polémique depuis plusieurs semaines. Le 17 décembre dernier, la commune a saisi le tribunal administratif pour déloger les caravanes. La justice vient de lui donner raison. 

Par Léa Bouquet avec Nicolas Esturgie et Isabelle Bris

C'est une histoire qui dure depuis plus d'un mois. A Saleilles, dans les Pyrénées-Orientales, entre 80 et 90 caravanes ont élu domicile illégalement sur des terrains de la commune, après avoir été délogées de Cabestany, situé à quelques kilomètres.

Une ordonnance du tribunal administratif a bien été émise il y a quelques semaines pour obliger les gens du voyage à quitter les lieux. Pourtant, la préfecture n'a pas réagi.

Le 17 décembre dernier, le maire de Saleilles a donc décidé de porter plainte contre l'Etat par une ordonnance de référé liberté pour accélérer le processus d'expulsion.

 

Le tribunal administratif donne raison à la commune


Ce samedi 21 décembre, le tribunal administratif s'est rangé du côté de la commune.

Dans son jugement, il demande à la préfecture de procéder à l'expulsion des caravanes au plus tard le 3 janvier 2020, mettant en avant des "atteintes graves au droit de propriété, à la salubrité et à la sécurité publique."

L'Etat a également été condamné à verser 1500 euros à la commune de Saleilles, au titre des "frais irrépétibles" (qui comprennent tous les frais liés aux besoins de la procédure).

 

La préfecture va-t-elle vraiment agir ?


Malgré la décision du tribunal administratif, la préfecture se demande toujours où les caravanes pourront s'installer après leur expulsion de Saleilles.

Et pour cause : les quatre aires de gens du voyage existantes à Perpignan et gérées par l'agglomération sont actuellement fermées pour cause de travaux.

Selon l'agglomération, ces travaux de réhabilitation sont nécessaires, après des dégradations causées précédemment par des gens du voyage.

 

Sur le même sujet

Les + Lus