• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Top 14 : Perpignan s'incline à Toulon 26-16 avec “des regrets comme chaque week-end”

Perpignan s'est accroché mais a été battu 26-16 par le Toulon de l'ancien Montpelliérain François Trinh-Duc - 3 novembre 2018 / © PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP
Perpignan s'est accroché mais a été battu 26-16 par le Toulon de l'ancien Montpelliérain François Trinh-Duc - 3 novembre 2018 / © PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP

 L'USAP a été battue 26-16 à Toulon, samedi, lors de la 9e journée du Top 14. Les Perpignanais sont plus que jamais la lanterne rouge du championnat avec cette neuvième défaite. "On a des regrets comme chaque week-end", a déclaré l'entraîneur Patrick Arlettaz après le match.

Par Z.S. avec AFP


Alors que Perpignan reste dernier de la classe après cette nouvelle défaite à Toulon, le RCT profite de ce match pour se relancer.
 

"On a des regrets comme chaque week-end"


A l'issue de la rencontre, Patrick Arlettaz, l'entraîneur de Perpignan, a donné son sentiment sur cette nouvelle défaite : "On a des regrets comme chaque week-end. Nous sommes si proches et si loin à la fois. Sur l'attitude, l'envie, sur ce que l'on montre 90 % du temps, nous sommes dans les clous, mais les 10 % qui nous manquent, ce sont des touches ou des renvois mal négociées, des fautes un peu trop faciles... Et le match nous échappe. On peut aller chercher le bonus défensif, mais on est toujours rattrapé par un ongle, un pied. On va prendre trois semaines de repos pour se ressourcer car on va batailler jusqu'au bout."

 

Toulon peut souffler


De son côté, Toulon peut souffler. Après trois défaites de suite, Toulon a renoué avec la victoire en Top 14 en faisant plier physiquement Perpignan en deuxième période (26-16), samedi, à domicile, pour se donner de l'air au classement à l'issue de la 9e journée.
    

6/7 pour l'ancien Montpelliérain Trinh-Duc


S'ils ont brisé leur spirale négative et assuré l'essentiel, les Varois, en mal de résultats et de confiance, se sont peu rassurés, tenus à bout de bras par le deuxième ligne Romain Taofifenua, impressionnant de puissance et de justesse, et l'ouvreur François Trinh-Duc (6/7 au pied).
    

Des Sang et Or éreintés physiquement


Certes, le RCT a cette fois été capable de capitaliser sur les erreurs de son adversaire et de faire la différence au bon moment mais les maladresses et les fautes irriguant son jeu depuis le début de la saison ont été légions. Dès le retour des vestiaires, le chassé croisé de pénalités a laissé place à une domination sans partage du RCT contre des Sang et Or éreintés physiquement.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus