VIDÉO. Météorite, satellite, missile, c'était quoi cet "ovni" qui a traversé le ciel catalan ?

L'observation d'une boule de feu vendredi soir a déclenché la curiosité puis l'inquiétude en Espagne. Récit d'une controverse où chacun y est allé de son hypothèse sur un "ovni"... qui n'en était pas un.

L'histoire commence vendredi 29 mars, à 22h59. Un trait lumineux traverse d'abord la catalogne côté français, puis le ciel espagnol au-dessus de Barcelone avant de disparaître au large de la côte valencienne. L'objet a échappé à tous les radars et a tout de suite intrigué.

durée de la vidéo : 00h00mn48s
La boule de feu a été observée dans le ciel espagnol à 23 heures, vendredi 29 mars. ©Red Investigación Bólidos y Meteoritos (SPMN)

Missile français

Le bureau d'enquêtes sur les météorites de l’Institut espagnol des sciences spatiales a d'abord opté pour deux hypothèses pas très rassurantes. Selon les scientifiques du bureau, il s'agissait soit d'une entrée spatiale d'un objet quelconque, soit d'un tir de missile probablement français. 

Samedi 31, le bureau d'études est revenu sur son hypothèse, en excluant la possibilité d'un missile alors que les médias espagnols commençaient à étudier sérieusement cette possibilité. 

Un satellite d'Elon Musk ?

La deuxième hypothèse alors avancée a été celle d'un satellite de l'entreprise américaine Starlink, qui serait retombé dans l'atmosphère. La Luftwaffe, l'armée de l'air allemande, est arrivée à cette conclusion après sa propre analyse. Conclusion que l'ambassadrice allemande en Espagne a repris à la hâte.

Finalement, météorite rare

L'hypothèse du satellite a alors été à son tour contredite par des scientifiques des plus grandes universités.

Selon les chercheurs, il s'agirait finalement d'un simple astéroïde rentré dans l'atmosphère comme il y en a souvent.

Mais pourquoi a-t-il brillé si longtemps alors que les météorites se désintègrent normalement en quelques secondes ? La réponse serait la rareté de la météorite qui a traversé le ciel français et espagnol vendredi soir.

Le caillou céleste mesurerait moins d'un mètre et est rentré dans l'atmosphère avec une trajectoire rasante, alors que les météorites tombent souvent beaucoup plus verticalement. D'ailleurs, celui-ci a très bien pu ressortir de l'atmosphère après avoir rasé la terre. 

La rareté d'une telle météorite serait d'un cas sur un million... cela valait donc sûrement la cohue que ce vulgaire caillou a déclenchée de l'autre côté des Pyrénées.