Pyrénées-Orientales : 500 points de contrôle pour le barrage de Caramany après la tempête Gloria

Cassagnes (Pyrénées-Orientales) : le lac et le barrage de Caramany après la tempête Gloria - janvier 2020. / © F3 LR
Cassagnes (Pyrénées-Orientales) : le lac et le barrage de Caramany après la tempête Gloria - janvier 2020. / © F3 LR

Le barrage de Caramany a-t-il bien résisté aux crues et inondations provoquées par la tempête Gloria ? C'est ce qu'ont voulu vérifier le propriétaire et le gestionnaire de l'ouvrage situé à Cassagnes. Il faut dire qu'il a atteint la semaine dernière son plus haut niveau jamais enregistré.

Par Fabrice Dubault


Il faudra quelques jours encore pour que le barrage de Caramany retrouve son débit normal.

Au plus fort du passage de la tempête Gloria, sur les Pyrénées-Orientales, il a dépassé son niveau habituel de 10 mètres. Du jamais vu depuis sa mise en service en 1994.
Comme après chaque crue, le barrage est ausculté jusque dans ses entrailles avec 500 points de contrôle. Des mesures de précaution indispensables suite à des intempéries exceptionnelles.
 

On est en pointe sur des débits entrants à 1.000m3/seconde. C'est énorme. Avec cela, on rempli une piscine olympique en 3 secondes. Le barrage a très bien tenu. Tous les voyants sont au vert" explique un responsable d'exploitation de BRL.

 
Cassagnes (Pyrénées-Orientales) : inspection de contrôle de l'intérieur du barrage de Caramany après la tempête Gloria - 30 janvier 2020. / © F3 LR
Cassagnes (Pyrénées-Orientales) : inspection de contrôle de l'intérieur du barrage de Caramany après la tempête Gloria - 30 janvier 2020. / © F3 LR

Pour ces techniciens et spécialistes, le barrage a pleinement joué son rôle d'amortisseur de crue malgré les polémiques qui dénoncent des lâchers d'eau volontaires ayant inondé la plaine, notamment de l'Agly et de l'Aude.
 

On n'ouvre pas de vannes, ici, car il n'y en a pas. C'est un barrage passif, il se régule tout seul. Mais exceptionnellement, les 3 déversoirs, dont le tremplin, ont fonctionné, c'est spectaculaire. Ce barrage a écrêté plus de 20 millions de m3, sans lui, il y aurait eu des dégâts catastrophiques.


Le barrage doit désormais retrouver son niveau traditionnel d'hiver pour jouer son rôle en cas de nouvelle crue.

Les 22 et 23 janvier resteront marqués par une côte jamais atteinte depuis la création de l'ouvrage.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus